Ligne régulière : les "blank sailings" vont continuer

Chargeurs et commissionnaires recherchent de la visibilité sur l’évolution des taux de fret conteneurisés pour négocier au mieux leurs contrats spot et long terme avec les armements. Les outils numériques de comparaison jouent ce rôle à l’image de Xeneta qui prévoit la stabilité voire la remontée des tarifs sous l’effet des stratégies de suppression d'escales et de rotations.

Créée il y a six ans, Xeneta propose une plateforme de comparaison en ligne dédiée au transport maritime conteneurisé. "Elle est alimentée et actualisée chaque jour par les taux de fret négociés avec les armements par 60 commissionnaires et transitaires internationaux ainsi que par 700 chargeurs. Ces taux de fret "all-in" sont issus de contrats long terme et spot", présente son directeur commercial Antoine Martin.
Invité par la commission Maritime de TLF Overseas le 16 juin, ce dernier a partagé son analyse sur l’évolution des taux de fret dans le conteneur à partir des données collectées par cette plateforme. "Depuis sa création, elle a traité plus de 170 millions de tarifs actualisés à raison de 9 millions de nouveaux tarifs chaque mois sur plus de 170.000 lignes port à port".

Ajustement rapide des capacités

Antoine Martin constate tout d’abord que "suite aux vagues de consolidation de l’offre maritime conteneurisée, les compagnies sont plus robustes et bénéficient d’une meilleure solidité financière pour traverser les crises". En témoigne, selon lui, "la résistance des résultats de CMA CGM et Maersk Line au premier trimestre".
Exceptionnelle par son ampleur et sa soudaineté, la crise sanitaire du Covid-19 a conduit néanmoins "six des dix plus importants armements conteneurisés mondiaux à solliciter des aides d’État". Pour éviter l’érosion de leurs taux de fret mis sous pression par la baisse des volumes, "ils ont retiré 3 millions d'EVP de capacité en parallèle et ont déployé des stratégies de "blank sailings" très actives". Xeneta, dont la plateforme dresse un état de ces annulations de voyages ainsi que des transit-times par route maritime, rapporte "l’annulation de 140 voyages par Maersk au deuxième trimestre. Toutes compagnies confondues, 75 autres sont d’ores et déjà annoncées par exemple sur l’axe Asie-Méditerranée au troisième trimestre".

"La faiblesse des cours pétroliers compense les charges de l’OMI 2020"

La poursuite des stratégies de "blank sailings" ces prochains mois devrait stabiliser voire augmenter les taux de fret, selon Antoine Martin. Cette tendance s’accompagnerait d’évolutions endogènes et exogènes au marché maritime conteneurisé susceptibles de les affecter également. "Tout en gardant à l’esprit que la Chine assure un tiers de la production industrielle mondiale, des changements sur les chaînes d’approvisionnement sont à prévoir", prévient le directeur commercial.
Pour lui, la faiblesse des cours pétroliers "devrait compenser les charges liées à la mise en œuvre de l’OMI 2020". Au-delà, plusieurs incertitudes demeurent comme l’impact de la propagation décalée dans le temps et les zones géographiques du Covid-19, et la vigueur des relances économiques dans les pays sortis de la crise sanitaire. D'après Xeneta, "il est donc difficile de prévoir un retour conséquent des volumes d’ici à la fin de l’année".