Lyon : 310 millions pour l’étoile ferroviaire et une concertation

08/04/2021 Pierre Lemerle

Les principaux partenaires du nœud ferroviaire lyonnais se sont rassemblés pour présenter les perspectives de développement d’un réseau saturé.

État, Région, Union européenne et Métropole de Lyon ont présenté leur plan pour décongestionner l’étoile ferroviaire de Lyon (ex-Nœud ferroviaire) sous l’égide de SNCF Réseau le 22 mars. Sur une période allant de 2015 à 2025, 310 millions d’euros sont investis pour régler les problèmes de circulation sur 32 chantiers dont  30 % étaient achevés. 

Parmi ceux-ci, on peut citer ceux de Perrache où les voies J et K ont été mises en double sens afin, notamment, de faire circuler des trains de fret. À la Guillotière, la mise en service d’une télécommande d’aiguillages a facilité le départ du fret venant du sud à destination de l’Est. Un nouvel accès électrifié a également été créé au Port Édouard-Herriot. Quant à la gare de la Part-Dieu, la construction d’une douzième voie (ligne L) fait parties des travaux en cours. 

Une concertation pour penser le long terme

Outre les questions actuelles, les protagonistes ont évoqué l’évolution du réseau ferré en tenant compte des grands projets en cours sur le moyen et long terme. "Lyon est en position stratégique entre deux corridors européens", a rappelé Peter Balazs, coordinateur européen pour le Corridor mer du Nord-Méditerranée. "L’absorption du trafic longue distance, notamment avec le Lyon-Turin, pourrait répondre aux enjeux de report modal à l’échelle nationale et européenne." 

En campagne électorale, le président de la Région Auvergne Rhône-Alpes Laurent Wauquiez (LR) a aussi rappelé son attachement au projet transfrontalier, s’opposant à ses adversaires écologistes. Côté SNCF Réseau, Thomas Allary a annoncé la construction d’un plan d’investissement sur vingt ans. Pour cela, une grande concertation va être lancée cette année, avec étude de marché. "Elle intégrera dans sa réflexion le Lyon-Turin mais aussi le contournement ferroviaire de l’agglomération lyonnaise (CFAL)", a précisé le directeur régional. 

Il a également rappelé que l’ensemble des travaux entrepris serviront aux trains de fret. Dans ce domaine, on peut noter l’avancée du projet de passage à quatre voies entre Saint-Fons et Grenay. Le directeur régional espère voir les travaux commencer avant 2030. Pour rappel, 1.200 trains empruntent chaque jour ce réseau. Le transport de marchandises pèse 10 % de la circulation en heure de pointe.