Lyon : Cargoport mise sur deux axes de développement

En matière de volume de trafic, l'année 2019 devrait se situer dans le droit fil de 2018 pour l'aéroport Lyon-Saint-Exupéry. Des expéditions d'envergure vers l'Afrique, des produits pharmaceutiques et le transport équin font partie des spécialités de la plateforme rhônalpine.

L'aéroport Lyon-Saint-Exupéry a enregistré un total avionné de 60.717 tonnes en 2018, soit une progression de 4 % par rapport à l'année précédente. Cette croissance a été portée notamment par les services cargo réguliers mis en place par Air Algérie Cargo en 2018. Les deux autres segments que sont l'express et le fret "belly" embarqué en soutes se maintiennent quant à eux, avec pour ce dernier les ouvertures respectives d'Air Canada sur Montréal cinq fois par semaine et d'Aeroflot sur Moscou, devenu quotidien depuis son ouverture tout comme Emirates. Pour les trois premiers trimestres de 2019, le trafic fret de l'aéroport lyonnais s'est élevé respectivement à 14.216, 13.682 et 14.050 tonnes. Un bilan qui, grâce au supplément d'activité traditionnellement enregistré au quatrième trimestre, devrait globalement se positionner dans la continuité de 2018.

"Des expéditions d'envergure sur l'Afrique subsaharienne"

Si, depuis l'anticipation de la libéralisation du transport du Beaujolais nouveau, ce fret, vitrine emblématique de l'économie régionale n'est plus opéré depuis Lyon-Saint-Exupéry, l'aéroport n'en est pas moins le théâtre d'opérations d'envergure. Les 8 et 9 octobre derniers par exemple, il a coordonné l'envoi de trois laboratoires P3 mobiles en République démocratique du Congo. Une opération commanditée par la Fondation Mérieux, via l'association Bioport à Lyon, et visant à répondre au développement de l'épidémie Ebola. Elle a été effectuée en aérien au moyen d'un Antonov 124.

"Des ambitions de hub pharma certifié"

La richesse de la communauté fret basée sur Cargoport offre une vaste palette de solutions logistiques multimodales. Lyon-Saint-Exupéry travaille ainsi aujourd'hui sur deux axes de développement particuliers : les produits de santé tout d'abord, secteur d'activité fort dans une région comptant parmi les leaders en matière d'actions humanitaires, de recherche pharmaceutique et de production vaccinale, et le transport de chevaux. La volonté est de positionner l'aéroport, doté de capacités de stockage tempéré, comme "hub pharma" certifié grâce au travail engagé dans ce sens avec la communauté fret et le milieu industriel régional.
Enfin, le transport équin est une autre spécialité de la plateforme aéroportuaire avec sa solution opérationnelle de proximité. La validation officielle du Pif (Poste d'inspection frontalier) cheval a été actée en 2017 et inscrit donc Lyon-Saint-Exupéry sur la liste des Pif E européens. Il est à ce jour le seul aéroport du Sud de la France à détenir cette compétence.