MGI : la Martinique, septième place portuaire pour Ci5

03/06/2021 Vincent Calabrèse

MGI continue à développer en Outre-mer son Ci5. L'entreprise informatique marseillaise a réalisé en Martinique le transfert d'AP+, son ancien Cargo Community System (CCS), vers Ci5 au travers de Port+.

Commentant le transfert d'AP+ vers Ci5 en Martinique, Rémi Julien le président du directoire de MGI, indique : "Nous avions fixé la date du 23 mars pour mettre en place le nouveau CCS Ci5. Nous avons démarré le jour J, ce qui nous a rendus très confiants". Le ro-ro "Marin", opéré par Marfret, le car carrier norvégien "RS Mistral", l'"UBC Tampa", un conventionnel chypriote, le car carrier japonais "Viking Princess" ont fait partie à cette date-là des principaux navires ayant bénéficié à Fort-de-France d'une gestion sous Ci5.

Rémi Julien rappelle toutefois que le basculement devait être effectué à l'origine en 2020. Le contexte de crise sanitaire avait incité MGI à retarder d'un an l'opération. "La Martinique devient la septième communauté portuaire à opérer Ci5, avec le bénéfice de nouveaux modules exclusifs. Ce succès a été rendu possible grâce à la confiance et au professionnalisme de Port+. Elle permet à la place portuaire martiniquaise de profiter de la version actualisée de Ci5", souligne-t-il. Il explique que les portuaires martiniquais vont pouvoir en effet profiter de la gestion des droits de port, de la nouvelle commande de transport et d'une innovation : le module statistique en temps réel. "La Martinique sera la première place à être équipée d'un tel outil", ajoute-t-il.

"La Martinique sera la première place à être équipée de l'outil statistique en temps réel"

Rémi Julien rappelle que la Martinique est une des plus anciennes places portuaires où MGI a réussi à implanter son CCS AP +. Il explique que Fort-de-France est la deuxième après Marseille-Fos où elle était parvenue à ouvrir en 2007 son CCS de l'époque aussi bien sur le terminal de Pointe-des-Grives que sur l'Hydrobase. Et de souligner la dimension multimodale de sa présence martiniquaise avec la création en 2011 d'AirPort+, le module aérien créé à l'usage des professionnels de l'aéroport Aimé-Césaire.

Le CCS également implanté à Tahiti et Mayotte

Autres places portuaires ultramarines où MGI est présente au travers de son CCS, Tahiti et Mayotte. L'entreprise informatique y avait implanté Ci5 mi-2019 sur la place portuaire de Papeete. Il porte le nom de "Fetia". Enfin, à Mayotte, elle a équipé le port de Longoni en janvier 2020. Alain Perez, le directeur business unit de la société, estime :"Quinze mois après sa mise en place, Ci5 tourne aujourd'hui à une vitesse de croisière à Mayotte. Le port de Longoni bénéficie lui aussi des améliorations permanentes du CCS". AP+ y avait été implanté en 2011, année de l'arrivée de l'ADSL à Mayotte.

MGI avait signé en 2011, lors de l'arrivée de l'ADSL dans l'archipel, son partenariat a avec ICM+, la société d’informatisation communautaire locale.

Le GIE France PCS

En métropole, MGI et sa concurrente Soget ont créé fin 2020 France PCS. Selon Rémi Julien, "il ne s'agit pas d'une fusion. On a créé ce GIE pour pouvoir parler d'une seule voix auprès de la douane et des autorités de contrôle. Le président du directoire de MGI explique que France PCS nourrit cinq projets. Il travaille à la création d'un centre de sécurité nationale visant à renforcer la cybersécurité du commerce extérieur, souhaite créer un observatoire national de la performance portuaire.

Il prévoit également de déployer des guichets uniques maritimes en conformité avec la réglementation européenne, de créer un point de contrôle unique aux frontières et enfin de standardiser à l'échelle nationale les messages délivrés par le GIE. Hervé Cornède le président du directoire de Soget, occupe désormais le même poste au sein du directoire du GIE. Il est notamment entouré par Dominique Lebreton, directeur audits et projets de MGI.