Marseille-Fos : Seayard met en service son nouveau portique et ses cavaliers hybrides
Le nouveau portique géant de Seayard est entré en service le 13 novembre sur le terminal de Fos-sur-Mer du manutentionnaire.
Cet outillage de type Malaccamax d'une portée de 25 rangées de boîtes avait été fini de livrer fin 2018 en pièces détachées par le constructeur espagnol Paceco. La faillite de ce dernier avait entraîné un retard important dans le processus de montage, de tests et de certification de l'engin.
Le portique a soulevé ses premiers conteneurs en opération commerciale à l'occasion de l'escale du navire "Rotterdam Express" de Hapag-Lloyd. Ce porte-conteneurs de 4.900 EVP est aligné sur la ligne Mediterranean Pacific Service (MPS) de l'armateur allemand, qui relie Fos-sur-Mer, les ports italiens et espagnols, ainsi que Tanger Med à la côte Ouest de l'Amérique du Nord.
Le même jour, le manutentionnaire a officiellement réceptionné cinq de ses neuf nouveaux cavaliers hybrides. Après installation des équipements de radiocommunication, ils doivent mis en exploitation le 15 novembre. Les quatre engins restants sont en cours de montage sur le Seayard Terminal. Ils devraient entrer en service à leur tour fin novembre après leur certification.
Ces neuf cavaliers ont été construits par le finlandais Konecranes dans son usine allemande de Würzburg. Ce prototype est muni de batteries lithium-ion de grande capacité stockant l'électricité générée lors du freinage de l'engin et de la phase de descente des conteneurs.
Le système de restitution de l'énergie électrique est conçu pour éviter les pics de consommation du moteur thermique, limitant aussi les émissions et le bruit. Le constructeur annonce ainsi une économie de carburant pouvant aller jusqu'à 20 % et une réduction annuelle de 30 à 50 tonnes de CO2 émises par cavalier.
Jusque-là, ce modèle Noell hybride n'était exploité que sur le HHLA Container Terminal Tollerort (CTT) du port de Hambourg.