Marseille-Fos lance la troisième saison du Smart Port Challenge

07/06/2021 Franck André

Le port de Marseille-Fos a dévoilé les neuf défis de son concours d'innovation numérique et écologique pour 2021. L'avitaillement en bio-GNL et la production d'énergie renouvelable en font partie.

Le Grand Port maritime de Marseille a lancé la troisième édition de son "Smart Port Challenge", un concours d'innovations en vue de la transition écologique numérique de l'établissement. La manifestation est organisée par les acteurs du "French Smartport in Med" créé dans le cadre du Pacte État-métropole. Ce programme censé construire le port du futur "constitue pour Aix-Marseille-Provence un projet structurant alliant des enjeux d'aménagement, d’innovation et d'ouverture sur le monde. Il a vocation à accompagner la mutation de la place portuaire".

"Un outil de mise en relation entre étudiants, formateurs et employeurs"

La deuxième édition avait révélé huit entreprises lauréates en juin 2020 qui ont travaillé pendant cinq mois à l’élaboration de leurs projets avec le porteur du défi avant de présenter en novembre les huit preuves de concept. En plus de la visibilité offerte par cette manifestation, les lauréats ont reçu une dotation de 15.000 euros.

Patrimoine, tourisme et recyclage

Cette année, neuf défis ont été définis, portés par neuf partenaires publics ou privés. Ainsi, EDF lance aux start-ups locales un appel à la valorisation énergétique de la digue du large. Il s'agirait d'utiliser les 7 km de l'ouvrage pour développer une production d'énergie renouvelable. CMA CGM propose le défi d'une production de biométhane en économie circulaire, ou comment verdir le soutage au GNL et installer une filière bio en cycle court qui permette un approvisionnement local ? Veolia s'intéresse au recyclage des déchets organiques en circuit court sur les bassins Est du port et le gestionnaire de data centers Interxion demande un calculateur et comparateur énergétique environnemental. De son côté, Hammerson, gestionnaire du centre commercial de Terrasses du Port, demande comment réduire l'empreinte carbone liée aux déplacements, alors que NGE Connect rêve de "systèmes de fermeture nomades intelligents pour sécuriser des équipements à distance".

Quant aux trois derniers défis, le GPMM et l'UMF souhaitent la création d'un outil facilitant la mise en relation entre étudiants, formateurs et employeurs de la place portuaire. La ville cherche à promouvoir son patrimoine culturel maritime et le département, aux côtés de Club de la croisière Marseille-Provence veut encourager les passagers à revenir en Provence après une escale.

Les entreprises ont jusqu'au 27 juin pour déposer leur candidature. Les lauréats se lanceront ensuite dans une phase d’expérimentations mi-juillet pour une durée de quatre mois avant qu'un "Smartport Day" soit organisé pour dévoiler les projets sélectionnés.