Matières premières : semaine favorable au palladium et au sucre

Le palladium a atteint de nouveaux sommets la semaine dernière, culminant à 1.846,70 dollars dans la nuit de jeudi 28 à vendredi 29 novembre et valant pour la première fois deux fois plus que le platine.

Le métal précieux a multiplié les records depuis un an, tandis qu'"une forte demande de la Chine et une croissance de l'offre morose ont tendu le marché", ont expliqué Daniel Hynes et Soni Kumari, analystes pour ANZ. Selon Daniel Briesemann, analyste pour Commerzbank, "le durcissement de la réglementation sur les émissions dans plusieurs pays" a bénéficié au métal, même si "les spéculateurs ont aussi joué leur rôle dans la dernière hausse de prix".
Le palladium est utilisé dans l'industrie pour réduire les émissions polluantes, notamment dans l'automobile. C'est également le cas du platine, mais celui-ci étant surtout utilisé dans les véhicules diesel, il a souffert ces dernières années de la désaffection des consommateurs pour ce type de véhicule après le scandale Volkswagen. Sur le London Platinum and Palladium Market, l'once de palladium valait 1.825,61 dollars, contre 1.777,01 dollars à la fin de la semaine précédente.
De son côté, l'or a peu bougé pendant la semaine. Sur le London Bullion Market, l'once d'or valait 1.461,18 dollars vendredi, contre 1.461,60 dollars à la clôture de vendredi.

"Le cuivre subit la guerre commerciale"

Le marché du cuivre, très dépendant de la demande chinoise, a évolué cette semaine au gré des nouvelles de la guerre commerciale que se livrent Pékin et Washington. Porté par les signaux positifs d'une conclusion avant la fin de l'année d'un accord commercial partiel, dit de "phase un", le cours du cuivre avait atteint 5.968 dollars la tonne sur le London Metal Exchange (LME) mercredi, un plus haut depuis mi-novembre.
Le président américain avait évoqué mardi "la dernière ligne droite avant de parvenir à un accord très important, peut-être l'un des accords commerciaux les plus importants de l'Histoire". Mais l'adoption jeudi par Washington d'une loi en soutien au mouvement de protestation à Hong Kong a provoqué l'ire de Pékin qui a qualifié jeudi ce texte "d'abomination absolue". Les menaces de représailles chinoises "ont entraîné le cours du cuivre vers le bas", selon Anna Stablum, analyste de Marex Spectron, faisant perdre au métal rouge ses gains du début de semaine. Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s'échangeait à 5.863,50 dollars vendredi, contre 5.855 dollars le vendredi précédent à la clôture.
Les cours du sucre blanc et du sucre brut étaient orientés à la hausse la semaine dernière, après des chiffres de l'Organisation internationale du sucre (ISO) publiés jeudi. "L'ISO a révisé à la hausse son déficit prévu pour la saison 2019-2020 à 6,1 millions de tonnes", ont constaté Warren Patterson et Wenyu Yao, analyste pour ING, en partie à cause "d'une production plus faible que prévu en Thaïlande et aux États-Unis". L'Organisation internationale du sucre avait déjà remonté son déficit début septembre à 4,8 millions de tonnes. Mais la perspective d'une "exportation massive" de l'Inde devrait "limiter la hausse", selon les mêmes analystes. À Londres, la tonne de sucre blanc pour livraison en mars valait 345,90 dollars, contre 339,90 dollars le vendredi précédent à la clôture. À New York, la livre de sucre brut pour livraison en mars valait 13 cents, contre 12,81 cents sept jours auparavant.