Multi Modal Rail : décollage réussi à Strasbourg

Après bientôt deux ans d’activité, le nouvel acteur du transport rhénan Multi Modal Rail consolide ses services ferroviaires et fluviaux et prépare de nouveaux développements.

La jeune société indépendante se fait sa place au milieu des ténors du transport rhénan à Strasbourg. Pour sa première année complète d’activité, Multi Modal Rail (MMR) a opéré 38.000 EVP fluviaux et ferroviaires, malgré les basses eaux historiques, pour un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros. De quoi contenter Benjamin Hottier, son fondateur de 32 ans. L’entité française de MMR peut en outre s’appuyer sur l’expérience des actionnaires de sa maison mère hollandaise, en premier lieu Toon Habers qui a mené une longue carrière dans le ferroviaire.
Après un amorçage de quelques semaines dans le barging pour tiers, MMR France a lancé sa première banderille début 2017, sous la forme d’un train vers Rotterdam. Elle a rapidement déclenché une seconde rotation hebdomadaire, son rythme actuel. La prestation s’effectue à bord d’un train de 101 EVP dont la société LIS (Logistic International Services) organise la traction par appel aux spécialistes du genre : VFLI sur les quelques kilomètres menant au réseau allemand, puis Captrain. "Nous assurons une desserte directe à quais dans la Maasvlatke", relève Benjamin Hottier. Quant à une troisième navette, "elle n’est pas aujourd’hui à l’ordre du jour, car le potentiel manque dans le sens export", ajoute le dirigeant.

Bureau à Weil-am-Rhein

Un second service ferroviaire s’ajoute depuis novembre dernier, au terminal germano-suisse de Duss situé à cheval sur Weil-am-Rhein et Bâle. Le train de 96 EVP (traction à nouveau Lis-Captrain) passera à deux rotations hebdomadaires en février, toujours en desserte directe dans le port néerlandais. Ce nouveau palier a déclenché la création d’un bureau à Weil en cette fin janvier, confié à Stefan Leijdekkers. Son embauche porte les effectifs à 9 salariés, avant un recrutement supplémentaire en cours à Strasbourg. Une autre liaison aurait pu compléter la palette, entre les ports de Metz et d’Anvers. À la création de Multi Modal Rail, la société avait en effet repris ce "Multimodal shuttle" mais elle n’a pas poursuivi au-delà du printemps dernier ce service qui a du mal à décoller.

"Nous assurons une desserte directe à quais dans la Maasvlatke"

La voie d’eau a vocation à occuper une place tout aussi importante dans l’activité de la société, qui envisage d’ailleurs de modifier son nom pour mieux exprimer sa dimension intermodale. MMR opère, avec ses propres barges de 135 mètres, deux navettes par semaine vers Anvers puis Rotterdam depuis Strasbourg. Elle collabore également avec Naviland Cargo pour le remplissage des chargements de la liaison de l’opérateur français entre Strasbourg et Anvers.  
Les "potentiels" pour enrichir l’offre existent et pour les deux modes, selon Benjamin Hottier. Mais le jeune dirigeant affiche, sur ce point, une modération de vieux briscard. "Nous avançons selon le principe : développement, puis temps de stabilisation, et ainsi de suite".