Nœud ferroviaire lyonnais : SNCF Réseau lance de nouvelles études

SNCF Réseau a repris les études pour construire des lignes visant à décongestionner le nœud ferroviaire lyonnais. Un début de calendrier sur de potentiels travaux a été présenté.

En septembre, la commission particulière du débat public (CPDP) rendait son avis sur les projets de la SNCF de construction de lignes de chemins de fer pour décongestionner le nœud ferroviaire lyonnais. Échouant à donner des plans précis, elle parlait "d'améliorer" la desserte existante plutôt que de créer de nouvelles voies. Maître d'ouvrage, SNCF Réseau a annoncé la reprise des études. Le noeud ferroviaire finira-t-il par se démêler ?
Lors de l’été 2019, un grand débat a été organisé sur la question. Réunions publiques, ateliers débats, contributions sur internet… La commission particulière du débat public (CPDP) pointait les difficultés connues par des infrastructures saturées et mettait en avant l’importance d’agir vite. Trois mois après son rendu, le maître d’ouvrage, SNCF Réseau, a fait état d’une reprise des études afin de trancher sur des questions, toujours en suspens.
Durant les deux prochaines années, de nombreux avis devront être rendus. Une étude devra notamment trancher pour une construction de lignes souterraines, ou "en surface", entre la Guillotière et Saint-Clair. Objectif de la manœuvre : désengorger la gare Part-Dieu. Une option souterraine et une autre en surface sont envisagées. Chacune avec des difficultés liées à l'urbanisme ou aux impacts hydrogéologiques possibles. L’étude technique devra aussi réaliser le "phasage le plus pertinent" en lien avec le projet de Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise.
Pour accélérer le rythme des travaux, une demande de la CPDP, SNCF Réseau veut proposer une "trajectoire d’investissements progressifs". " SNCF Réseau a également été invitée à travailler dès à présent à la modernisation du réseau existant et de son exploitation, en déployant par exemple de nouvelles technologies comme l’ERTMS (European Railway Traffic Management System)", précise-t-elle fin mars. Objectif : un début des travaux dans la contractualisation État-Région pour 2023.

Des travaux primordiaux pour le développement du fret

Chaque jour, 400 trains chargés de transport de marchandises passent par ce nœud, soit 15 % du trafic global.  "Dans Lyon, les projets portent principalement sur l’amélioration de la capacité d’accueil des plateformes multimodales, précise SNCF Réseau. Par exemple, le projet de restructuration du site de transport combiné de Vénissieux- Saint-Priest permettra d’augmenter sa capacité de réception des trains et de traitement de containers de 30 %. Le début des travaux est prévu pour 2022".

Elle note également qu’un processus franco-italien pour renouveler la délégation de service public de l’autoroute ferroviaire alpine entre Aiton et Orbassano est en cours. Une prolongation de ce service est prévue en région lyonnaise.

"Il reste toutefois de nombreuses points délicats pour le fret, en particulier en heure de pointe pour la traversée du Nœud Ferroviaire Lyonnais, entre Ambérieu-en-Bugey et la rive droite du Rhône, et dans la traversée de Givors" , termine SNCF Réseau. Les études et aménagements à venir devront traiter ces verrous.