Normandie : fusion de PNA et du SMPD

La fusion entre PNA (Ports normands associés), autorité portuaire gérant les ports de Cherbourg et Caen-Ouistreham, et le SMPD (Syndicat mixte du port de Dieppe), deux entités présidées par Hervé Morin, président de la région Normandie, est effective depuis le 7 janvier.

À l’occasion de la traditionnelle cérémonie des vœux à la presse d’Hervé Morin, le 7 janvier à Caen, la fusion annoncée de PNA et du SMPD a été officialisée et confirmée par la première réunion du nouveau comité syndical des ports de commerce du littoral normand désormais baptisés "Ports de Normandie".
Cette entité sera présidée par Hervé Morin et dirigée par Philippe Deiss, précédemment directeur général de PNA. "Son boulot sera de développer une offre commerciale, des réseaux et de faire en sorte que cette nouvelle structure soit complémentaire des Grands Ports maritimes que sont Le Havre et Rouen", a commenté Hervé Morin devant la presse.
"L’union de nos trois ports est avant tout l’affirmation d’une priorité et d’une ambition, collectives et politiques, de la stratégie portuaire et maritime de la Normandie qui a trop longtemps tourné le dos à la mer", a-t-il poursuivi.

"La Normandie a trop longtemps tourné le dos à la mer"

Puis s’enflammant : "L’activité commerce de Ports de Normandie sera du niveau de certains grands ports maritimes métropolitains, supérieur par exemple à celui de Bordeaux. Sans oublier sa place de leader de l’activité transmanche à l’ouest du Détroit ainsi confortée".
Mais en négligeant la concurrence entre Brittany Ferries, présent de Cherbourg au Havre, et DFDS Seaways France, en place à Dieppe ? Les frictions se sont déjà exprimées au Havre et pourraient resurgir à l’occasion du Brexit.
Pour l’heure, Hervé Morin ne veut que positiver en présentant la "carte d’identité" de Ports de Normandie, ses trois ports et ses sept filières : le transmanche et ses 200.000 camions annuels, le fret conventionnel, la croisière, la navale, la plaisance, la pêche et les énergies marines renouvelables (EMR).

"Mariage de la carpe et des lapins"

À noter que, contre toute attente, cette fusion dans l’air du temps depuis plus de deux ans, que certains qualifient de mariage de la carpe et des lapins, s’est opérée en douceur, sans beaucoup de résistance de la part des syndicats portuaires.