Nouvel appel à un assouplissement des règles pour ne pas voler à vide
L'UE doit instaurer un moratoire sur les règles d'utilisation des créneaux aéroportuaires face au coronavirus pour éviter que les compagnies aériennes soient contraintes de voler à vide, a estimé lundi 9 mars l'association européenne des gestionnaires de ces créneaux (EUACA). L'enjeu est de taille : les compagnies doivent utiliser au moins 80 % des créneaux horaires qui leur sont attribués dans les aéroports, faute de quoi elles perdent leurs droits la saison suivante.
Or, certaines compagnies qui ne sont "pas certaines de ne pas perdre leurs droits historiques pour la prochaine saison équivalente" pourraient être amenées à "utiliser des avions dont le coefficient de remplissage est extrêmement faible, ce qui n'est pas une bonne solution sur le plan économique ou environnemental", argumente l'EUACA. L'association rassemble les gestionnaires de créneaux de 230 aéroports européens.
Pour faire face à la demande de réservations sur certaines destinations, les compagnies aériennes peuvent être amenées à "regrouper" des vols, c'est-à-dire à supprimer un vol et déplacer les passagers sur un autre vol vers la même destination. Mais elles restent tenues de respecter cette règle les obligeant à utiliser 80 % des créneaux horaires qui leur sont attribuées, sous peine de voir ces créneaux redistribués à d'autres compagnies. L'EUACA demande donc à la Commission européenne la mise en place d'un moratoire. Celui-ci devrait être mis en place pour une période comprise "entre mi-février, début mars et jusqu'à la fin juin 2020" avec une possibilité de l'étendre au-delà si l'épidémie se poursuit.