Panalpina : record historique des volumes aériens en 2018

Avec plus d’un million de tonnes traitées l’an passé, l’aérien demeure l’une des expertises stratégiques de Panalpina. L’année 2018 est marquée aussi par une rentabilité record en logistique et un redressement dans le maritime.

Dans le secteur des transports et de la logistique, Panalpina se distingue par la performance de sa marge opérationnelle qui, en 2018, s’établit à 7,9 % gagnant 0,5 point. Au cours de l’exercice, ses principaux indicateurs financiers s’améliorent : chiffre d’affaires + 9 % à 5,3 milliards d’euros, résultat d’exploitation + 15 % à 104,2 M EUR et bénéfice net + 32 % à 66,6 M EUR. De façon différente, les trois principaux métiers du groupe suisse alimentent ces performances à commencer par l’aérien. Y intervenant en qualité de commissionnaire et de transporteur, l’activité aérienne est à l’origine de 53 % de ses recettes et de plus de… 91 % de son bénéfice d’exploitation. Côté satisfaction, le chiffre d’affaires y progresse de plus de 10 % avec, pour la première fois de son histoire, le traitement de plus d’un million de tonnes. Malgré un bénéfice brut à la tonne transportée en hausse de 7 %, l’augmentation des tarifs des transporteurs aériens pèse en revanche sur la rentabilité de la branche qui fléchit de près de 2 %.

Record en logistique, redressement du maritime

Les motifs de l’amélioration de la rentabilité de Panalpina sont donc à chercher ailleurs, en logistique notamment. Le groupe y enregistre son meilleur résultat d’exploitation à hauteur de 10,5 M EUR en hausse de 47 % ponctuée par une alliance stratégique conclue avec Honeywell pour optimiser la productivité et l’efficacité de ses sites.

"Une marge opérationnelle de 7,9 % en 2018"

La baisse des pertes opérationnelles dans la commission maritime contribue aussi à la meilleure rentabilité de Panalpina. Avec un volume de 1,48 M EVP (+ 2 %), la perte d’exploitation de cette branche a été divisée par plus de huit pour s’établir désormais à - 1,6 M EUR. Ce redressement est expliqué par la sortie de contrats déficitaires dans le portefeuille clients et le développement des services LCL où le groupe en recense 530 aujourd’hui.

Périssable, une priorité

Au-delà des chiffres, Panalpina a affirmé en 2018 sa stratégie sur plusieurs axes dont celui de devenir leader dans la logistique de bout en bout avec maillon aérien dans les produits périssables. Dans ce cadre, le groupe a procédé à deux nouvelles acquisitions : Newport Cargo en Argentine et Skyservices en Afrique du Sud. Lesquelles s’additionnent aux cinq autres sociétés rachetées dans le secteur de la logistique des périssables depuis 2015. Elles s’ajoutent aussi aux investissements engagés dans son réseau dédié qui compte 26 sites couvrant une cinquantaine de pays. En interne, le déploiement de SAP se poursuit et assure désormais plus de 50 % de ses transactions dans le monde. La stratégie numérique du groupe sera d’ailleurs ponctuée cette année par le lancement d’un nouveau portail web à l’attention de ses clients. Enfin, face aux velléités de reprise formulées notamment par le danois DSV, Panalpina semble pour l’heure confirmer sa volonté de préserver son autonomie et son indépendance.