Passage au grand gabarit : lancement de l’enquête publique sur Bray-Nogent

14/01/2021 Étienne Berrier

L’élargissement de la Seine au gabarit de 2.500 tonnes jusqu’à Nogent permettra d’augmenter le trafic de céréales, granulats et conteneurs. Le projet s’accélère, bénéficiant de financements européens dans le cadre du projet de canal Seine-Nord.

Initialement annoncée pour la fin de l’année 2020, l’enquête publique au sujet de la mise à grand gabarit de la liaison fluviale entre Bray-sur-Seine et Nogent-sur-Seine se tiendra finalement du18 janvier au 18 février 2021. Pour le maître d’ouvrage VNF, il s’agit, d’obtenir une déclaration d’utilité publique pour ce projet voulu de longue date par les chargeurs de l’Aube et les transporteurs fluviaux. 

À l’extrémité amont du bassin de la Seine navigable, Nogent n’est accessible qu’aux bateaux de 700 tonnes. Les transports fluviaux y sont pourtant nombreux, avec un peu plus de 2 millions de tonnes de marchandises en 2019. Premier chargeur, le groupe céréalier Soufflet, y dispose de son propre port, au pied des silos, pour charger des bateaux de grain à destination des silos d’exportation maritime de Rouen. Au cours de la campagne 2019-2020, Soufflet a ainsi transporté 700.000 tonnes de céréales en fluvial à destination de Rouen.

Développer le trafic de conteneurs

Un port à conteneurs est également en activité à Nogent-sur-Seine : le port de l’Aube dont l’exploitation est confiée depuis 2011 à l’Union nogentaise de manutention, émanation du groupe de transport routier Blanchet. Deux services de conteneurs fluviaux desservent Nogent chaque semaine : l’un à destination de Rouen, l’autre de Gennevilliers et Limay.

Le passage au grand gabarit, avec des bateaux de 2 500 tonnes, facilitera le recours au fluvial pour l’exportation de céréales. cela devrait également développer le transport fluvial de conteneurs pour les industriels de la région, ainsi que les transports vrac, évitant au port de l’Aube d’organiser un brouettage routier jusqu’à Bray-sur-Seine, 20 km en aval, pour profiter de la Seine à grand gabarit. 
Enfin, sur ce tronçon, des transports de granulats pourraient profiter du grand gabarit. Selon VNF, l’élargissement de la Seine permettra, à l’horizon 2060, d’atteindre un trafic fluvial de 6 millions de tonnes à destination de Nogent-sur-Seine.

Un long processus de dialogue

Longtemps retardé, le projet de mise à grand gabarit de la Seine amont entre Bray et Nogent a été relancé par la perspective du nouveau canal Seine-Nord. Même si les zones géographiques sont différentes, il se trouve qu’en 2019, l’Union européenne s’est engagé à financer 40 % du projet européen Seine-Escaut, dont le futur canal Seine-Nord fait partie. Et cela comprend non seulement la construction du canal lui-même, mais aussi ses accès : par exemple, la mise au grand gabarit de l’Oise, la chatière du Havre pour l’accès fluvial à Port 2000 et la mise à grand gabarit de Bray-Nogent, tronçon de la Seine pourtant situé à l’autre bout du bassin.

L’enquête publique qui s’engage fait suite à un long processus de dialogue avec les territoires concernés, qui avait commencé dès 2011 avec un débat public, suivi d’une phase de concertation. Si l’enquête aboutit à une déclaration d’utilité publique, VNF prévoit un début des travaux en 2024 et un aboutissement en 2027 pour ce projet d’un coût de 343 millions d'euros.