Piraterie : les gardes armés "toujours nécessaires" à bord des navires

Les agents de sécurité armés "sont toujours nécessaires" à bord des navires de commerce malgré une diminution des actes de piraterie dans certaines zones du monde, a assuré mercredi 27 novembre Jean-Marc Roué, président d'Armateurs de France.

"Ce n'est pas le moment de baisser la garde", a-t-il assuré lors d'une journée d'échanges à Brest entre la Marine nationale et les armateurs sur le thème de la sécurité face aux enjeux maritimes nationaux.
Les gardes armés à bord des navires de commerce sont "toujours nécessaires" bien que la situation "soit moins oppressante" dans certaines zones comme l'océan Indien, a insisté Jean-Marc Roué en marge de cette journée d'échanges.
"Aujourd'hui, le monde est interconnecté et à la seconde où vous auriez une information comme quoi l'armateur X ne prendrait plus d'équipes embarquées à bord il deviendrait une cible", a notamment expliqué le président de l'organisation professionnelle du transport maritime.

"Le Mica Center fournit aux navires des informations personnalisées sur la sécurité"

Les navires de commerce français peuvent depuis 2014 embarquer des agents de sécurité privés et armés dans les zones exposées à la piraterie, principalement aujourd'hui le golfe de Guinée.
Le président d'Armateurs de France a en outre souligné le rôle majeur joué par la Marine nationale dans la sécurité de la flotte de commerce française.
"La Marine nationale est un soutien indispensable pour nous les armateurs français notamment dans les zones à risques", a-t-il assuré lors de cette journée organisée à la préfecture maritime de l'Atlantique à Brest, qui héberge le Mica Center (Maritime Information coopération and Awarness Center).
Créé en 2016, ce centre d'expertise est dédié à la sûreté maritime dans le monde. Doté d'une trentaine de personnes de la Marine nationale et de marines de pays partenaires, il veille 7j/7, 24h/24 et 365 jours par an pour recenser et analyser les situations et événements touchant la navigation maritime sur l'ensemble des océans. Il fournit aux navires et aux armateurs des informations personnalisées sur la sécurité.
Un total de 24 compagnies et 276 navires français ou d'intérêt français bénéficient aujourd'hui d'un suivi quotidien dans le cadre de la coopération volontaire française entre acteurs publics et privés du monde maritime permettant l'échange d'informations dans le domaine de la sûreté maritime.