Plan de relance : la vitamine du fret ferroviaire en région Auvergne-Rhône-Alpes

23/02/2021 Pierre Lemerle

Grâce à deux signatures à Clermont-Ferrand et à Lyon, 660 millions d’euros vont être investis dans le réseau ferroviaire d’Auvergne-Rhône-Alpes sur deux ans. Près de 50 millions sont prévus pour le fret.

Le 16 janvier, le Premier ministre, Jean Castex, et le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, ont annoncé à Lyon un plan de relance de trois milliards d’euros pour la région, financé à part égale par la région et l’État. Environ 380 millions d’euros vont être accordés au réseau ferroviaire de l’ex Rhône-Alpes. 

Une "excellente nouvelle" pour Thomas Allary, directeur régional de SNCF Réseau. "Il faut prendre cette aide dans son ensemble", précise-t-il. "Avec les 280 millions d’euros obtenus à Clermont et potentiellement l’aide pour trouver des alternatives au projet d’autoroute, on peut monter à 860 millions d’euros" dont 200 millions vont être investis pour trouver une solution dans le cadre de l’A45. Or, "une partie importante pourrait aller au ferroviaire", affirme Thomas Allary.

Maintenir les lignes capillaires

Si tout n’est pas encore confirmé, 50 millions d’euros devraient concerner le fret. Avec cette somme, SNCF réseau aura les moyens de maintenir toutes les lignes capillaires fret de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Outre les nombreuses lignes côté Auvergne, cet apport va permettre d’éviter la suspension de la ligne reliant Saint-Just-sur-Loire à Saint-Just-Saint-Rambert. "Les autres lignes avaient déjà trouvé des solutions en Rhône-Alpes, affirme Thomas Allary. Cette aide nous permettra une visibilité sur une dizaine d’années."

Cependant, celle-ci reste insuffisante pour réactiver des lignes suspendues comme la ligne capillaire fret Sain-Bel-Brévenne, ou arrêtées, comme la ligne Clermont-Ferrand-Saint-Etienne-Lyon. "Chaque année, 600 millions d’euros sont nécessaires pour l'entretien et le renouvellement des lignes du réseau structurant de la région, rappelle Thomas Allary. Nous n’avons pas assez de moyens pour rouvrir des lignes." 

Des travaux d’aménagement à Vénissieux

À Lyon, cette somme va notamment être investie dans l’aménagement de la plateforme de transport combiné de Vénissieux. Ces travaux vont permettre d’augmenter la capacité de traitement des trains de fret de la gare. Les études sont en cours et une concertation devrait démarrer dans les prochaines semaines. Les travaux sont prévus à partir de l’été 2022. 

Ce plan ferroviaire permettra d’investir également sur des lignes structurantes, touchant le fret. À Lyon, le financement va venir en soutien de l’étoile ferroviaire lyonnaise, fortement congestionnée. La subvention devrait ainsi aider la ligne Ambérieu-Lyon. Ce plan est à différencier du plan État Région (2021-2027) dont l'’annonce est prévue pour cet été.