Port Réunion frôle son record malgré les blocages

Malgré une baisse de trafic de 1 %, due aux manifestations en fin d’année, le Grand port maritime de La Réunion réalise en 2018, avec 5,5 millions de tonnes, son deuxième meilleur tonnage. Il obtient son meilleur résultat sur le fret conteneurisé.

La quinzaine de jours de blocage subis par le Grand Port maritime de La Réunion en novembre 2018, du fait des manifestations des gilets jaunes, a nui à l’activité portuaire. Le tonnage 2018 est en recul de 1 % par rapport à 2017, selon des chiffres provisoires, pour atteindre 5,53 millions de tonnes (Mt).
Principal trafic du port réunionnais, les conteneurs ont progressé de 1 % en 2018, atteignant 335.349 EVP, ce qui constitue un record pour l’île. Mais ce sont surtout les conteneurs vides (108.870 EVP, + 9 %) qui alimentent cette hausse du trafic conteneurisé, tandis que les pleins (145.858 EVP) sont en baisse de 1 % et que le nombre de conteneurs en transbordement (82.621 EVP) diminue de 6 %, soit "l’activité perdue pendant les blocages ayant transité par d’autres plateformes portuaires", insiste la direction de l'établissement.
Le tonnage total des conteneurs, fort logiquement, est en baisse de 2 % mais représente néanmoins plus de 56 % du trafic total.

"La mobilisation des acteurs de la place portuaire a permis en décembre de rattraper une partie du retard"

Le port de La Réunion relève "la mauvaise performance des conteneurs pleins à l’export, en baisse de 16 % en tonnage et de 15 % en nombre de boîtes, avec 17.600 EVP. Les chiffres de l’importation sont quant à eux en progression, tant en tonnage avec + 5 %, qu’en nombre de conteneurs avec + 2 %, pour 126.300 EVP. On soulignera que la mobilisation des acteurs de la place portuaire a permis au mois de décembre de rattraper une partie du retard pris en raison des blocages du mois de novembre".

Trafic roulier en hausse record

Second trafic du port de la Pointe-des-Galets par leur tonnage, les importations de produits énergétiques sont toutes en progression : + 5 % pour le charbon (602.000 tonnes), + 4 % pour l’essence (96.000 t), + 8 % pour le gazole (425.000 t) et + 8 % pour le kérosène (211.000 t). Les importations de fiouls lourds (161.000 t) sont en 2018 à un niveau identique à celui de 2017, de même que celles de céréales (227.000 t).
Les importations de matériaux de construction sont en revanche en baisse : - 19 % pour le ciment (42.000 t) et - 5 % pour le clinker (210.000 t).
Seul trafic vrac en exportation, le sucre (81.000 t) voit son tonnage diminuer de 24 %. Le breakbulk à l’import (35.000 t) est en baisse de 26 %, ce qui s’expliquerait par la fin d’une phase du chantier phare de la Nouvelle route du littoral.
Du côté du trafic roulier, on note une progression de 9 % du nombre de véhicules, avec 38.400 unités, ce qui constitue un record. La progression en tonnage (59.000 t) du trafic ro-ro n’est que de 2 %. Pour la croisière, le nombre de passagers (81.565) a progressé de 12 % en 2018.