Port de Colmar : pilier de l’après-Fessenheim

C’est confirmé : le port de Colmar-Neuf-Brisach et ses emprises foncières formeront le socle de la reconversion du territoire alsacien voisin de la centrale nucléaire de Fessenheim.

Le "Projet d’avenir" signé le mois dernier entre l’État et les collectivités fait de la zone portuaire de Colmar le premier maillon pour concrétiser l’un des axes du document : l’emploi, avec l’objectif d’en recréer autant qu’en détruira la fermeture de la centrale de Fessenheim, programmée l’an prochain – ce contrat comprend aussi des objectifs de mobilités, de formation/qualification et de développement des énergies renouvelables et décarbonées.

"Le développement d’"EcoRhena" s’inscrira dans celui du port lui-même"

La mission est dévolue en particulier à la zone "EcoRhena". Nouveau nom de l’ensemble de terrains portuaires répartis entre les communes de Balgau, Nambsheim, Geiswasser et Heiteren, son développement est porté à ce stade par le nouveau Syndicat mixte ouvert du port (SMO). Celui-ci a engagé les études sur son dimensionnement : cette zone peut représenter une surface commercialisable jusqu’à 200 hectares. "C’est une disponibilité sans équivalent le long du Rhin, et directement située en bord d’eau", souligne le président du SMO, Gérard Hug. Les collectivités locales portent l’objectif de mettre une première tranche sur le marché fin 2020 ou début 2021.

Zone industrielle et investissements portuaires

Le développement d’"EcoRhena" s’inscrira dans celui du port lui-même, planifié dans le cadre de sa nouvelle gouvernance : l’exploitation par une Sem à opération unique (Semop) à partir de début 2020, à l’expiration de la concession de la CCI. Le SMO a prévu d’en confier la majorité à un ou des opérateurs privés. Les candidats doivent remettre leurs réponses dans les prochaines semaines. Le cadre fixé représente un montant d’investissement d’environ 50 millions d’euros, notamment pour un portique de colis lourds et la modernisation de la desserte ferroviaire à partir de l’ITE (installation terminale embranchée). "La désignation du lauréat, au second semestre 2019, permettra d’affiner ce montant et le business plan", indique François Strub, directeur des équipements à la délégation de Colmar de la CCI Alsace Eurométropole.