Port de Lyon : un portique qui tient ses promesses

Un an après son installation, le portique lyonnais a contribué à la hausse de 10 % du trafic conteneurs du port en 2019. Et d'autres projets arrivent, malgré un début d'année difficile.

Un an après la mise en service du deuxième portique d'Édouard-Herriot, le 11 juin 2019, les équipes de la CNR dressent un premier bilan de son installation. "La fiabilité est au rendez-vous, se satisfait Pascal Richard, responsable de la maintenance sur le site portuaire. Il soulage considérablement le premier portique vieux de douze ans". De marque Kunz, l'installation comprend une mono-poutre centrale pour traiter davantage de conteneurs.
Grâce à cet investissement de 4,5 millions d’euros, financé par Lyon Terminal, filiale de la CNR, la société peut assurer une continuité dans son activité et, potentiellement, mener des travaux sur son premier portique. En 2019, l’installation a permis une croissance considérable de l’activité de transport de conteneurs du port. Côté fleuve, 78.000 EVP ont transité par le terminal soit une augmentation de 9 % par rapport à 2018. Pour le fer, on compte 66.000 EVP en 2019, soit 10 % de croissance. 144.000 EVP ont ainsi circulé l'an dernier pour le transit fleuve et rail.

"Le permis de construire pour l’hôtel de logistique urbaine DKM bientôt déposé"
2019 a donc été une année "très satisfaisante" du point de vue de la CNR. Comme pour l'ensemble des acteurs économiques, 2020 s’annonce plus difficile pour Édouard-Herriot, du fait de la crise du Covid-19 qui a engendré une forte baisse du transit de conteneurs.
Les équipes espèrent cependant des avancées sur le projet d’hôtel de logistique urbaine, baptisé DKM (pour dernier kilomètre). Le groupement constitué de Lyon Parc Auto (LPA), la Banque des territoires, Poste Immo et le Groupe Serl devrait ainsi déposer son permis de construire cet été pour un début des travaux en 2021. Pour rappel, 28.300 m2 doivent être construits, pour un investissement de 39,8 millions d’euros.

La station hydrogène repoussée en 2021

De même, la démarche partenariale engagée avec le préfet d'Auvergne-Rhône-Alpes et Lyon-Métropole avance. Plusieurs objectifs ont été inscrits dans le schéma directeur du port à l'image de l'ouverture du port sur ville ou du développement de l’économie circulaire. Ces différents axes ont été identifiés pour "donner une direction au développement du port de Lyon pour les décennies à venir".
Du fait de la crise, la mise en place d’une station à hydrogène sur le quai des énergies, la station multi-énergies vertes gérée par la CNR, a été repoussée. Elle pourrait néanmoins être opérationnelle en septembre prochain. Elle permettra d’alimenter à terme un pousseur fluvial à hydrogène conçu par la CFT (Compagnie fluviale de transport). Sa mise en service est prévue pour 2021.