Ports de Mulhouse-Rhin : retour au trafic d’avant basses eaux

Les Ports de Mulhouse-Rhin ont enregistré une remontée de leur trafic l’an dernier, qui gomme les effets néfastes de la navigabilité de 2018.

Grâce à une augmentation de 12,9 % en un an, le trafic de l’établissement haut-rhinois a atteint 4,94 millions de tonnes, ce qui le ramène aux niveaux de performance de 2017 et 2016 en les dépassant légèrement : 2019 lui apporte son meilleur total des cinq dernières années. La remontée du Rhin a constitué le principal facteur de rebond, aidé par une conjoncture économique relativement porteuse. Ainsi, les objets manufacturés ont progressé de 40 % pour s’établir à 283.300 tonnes. Les engrais ont également augmenté de 35 % (373.500 tonnes) en conséquence surtout de la bonne santé du producteur Borealis implanté dans la zone portuaire d’Ottmarsheim et la demande d’importations des céréaliers. Les principales sources de trafic, quant à elles, reflètent la moyenne générale, à savoir une remontée qui les ramène dans leur jauge de 2017. C’est le cas des produits pétroliers (+ 9 %, pour un total de 1,19 million de tonnes) et graviers-matériaux de construction (+ 8,5 %, à 897.300 tonnes) et des céréales et autres produits agricoles (+ 14,5 %, à 864.200 tonnes).

Flux rail-route de remorques

L’effacement de l’impact des basses eaux s’est également observé pour les conteneurs… pendant onze mois. "Nous étions en progression par rapport à 2018 et puis le trafic a plongé en décembre, sans qu’on puisse l’expliquer", constate la direction des Ports de Mulhouse-Rhin (PMR). Sur l’ensemble de l’année dès lors, le volume de conteneurs fluviaux a stagné, à 28.600 EVP. Le conteneur routier, par contre, a bondi de 37 % si bien qu’au cumul des modes, le trafic des boîtes s’affiche quand même en hausse de 24 %, à 82.150 EVP. Fait positif, le conteneur ferroviaire effectue son retour, grâce à une liaison hebdomadaire depuis septembre vers Rotterdam qui est assurée par MMR (Multi Modal Rail).

"Fait positif, le conteneur ferroviaire effectue son retour"

Les PMR classent aussi dans l’activité conteneurs le flux rail-route de remorques que la Deutsche Bahn a démarré en septembre pour PSA, en vue de leur acheminement, à raison de 25 à 34 unités chaque jour, vers l’usine de sa filiale Opel à Eisenach, en Allemagne.
En 2020, les Ports de Mulhouse-Rhin attendent surtout le déblocage du dossier de leur gouvernance que traduirait la constitution de la Semop (société d’économie mixte à opération unique) d’exploitation des infrastructures pour le compte du SMO (syndicat mixte ouvert) qui s’est construit autour de la communauté d’agglomération mulhousienne M2A et de la CCI. Le franchissement de ces étapes juridiques permettrait de relancer les investissements quelque peu en stand-by. La dernière opération importante date du premier semestre 2019 avec la mise en place d’une plateforme de chargement et déstockage pour le vrac, sur une surface de 2,5 hectares extensible à 8 hectares, sur le site de Village-Neuf. "Elle aussi a contribué à la relance du trafic en 2019", signale la direction des PMR.