Premier trimestre sous les meilleurs auspices pour CMA CGM

07/06/2021 Adeline Descamps

Le groupe CMA CGM a tiré profit au premier trimestre de la frénésie des taux de fret dont bénéficie depuis quelques mois le marché mondial. Une tendance qui permet au transporteur maritime français de poursuivre son œuvre de désendettement.

CMA CGM n’échappe pas à la bonne fortune qui sert royalement les transporteurs maritimes à l'heure actuelle. Grand bien leur fasse après des années où leurs prestations étaient rémunérées à vil prix. La plénitude serait totale si elle n’était pas en partie contrariée par un manque de capacités qui ne leur permettent pas de répondre totalement à la forte et persistante demande et si les tarifs pratiqués, bloqués à des niveaux élevés depuis des mois, venaient valoriser un service de qualité. 

Or, leurs clients paient très cher une prestation dégradée. Si le chiffre d’affaires de CMA CGM n’égale pas la performance du leader mondial Maersk ou du numéro 5 mondial Hapag-Lloyd (plus de 12 Md USD), la hausse de celui du groupe français est spectaculaire. Au premier trimestre, il était en augmentation de 49,2 % par rapport au premier trimestre 2020 pour franchir le cap des 10 Md USD (10,7 Md USD) en trois mois. 

Certes, le premier trimestre 2020 avait été marqué par le ralentissement des échanges internationaux du fait de l’entrée en confinement de la Chine, ce qui donne un effet de base important. Le résultat net du groupe passe de 48 M USD à près de 2,1 Md USD.

Remboursement anticipé de certains emprunts

Ces résultats ont été mis au service de son désendettement, l’entreprise marseillaise ayant procédé au remboursement anticipé (à hauteur de 1,7 Md USD) de certains emprunts. Elle s’est notamment acquittée du solde du prêt syndiqué garanti par l’État de mai 2020. L’endettement net ressort à 15,7 Md USD au 31 mars, en baisse de 1,2 Md USD par rapport au 31 décembre 2020.

En hausse de 57,4 %, les recettes de la seule activité maritime atteignent les 8,6 Md USD, tirées par un revenu moyen de 1.574 USD/EVP, un niveau supérieur à celui l’allemand Hapag-Lloyd (à 1.115 USD/EVP) mais en deçà de celui de Maersk (à 2.662 USD/EVP). CMA CGM fait cependant mieux que son marché en termes de croissance de volumes transportés avec une progression de 10,7 % par rapport au premier trimestre 2020 pour s’établir à 5,46 M EVP.

Un Ebitda proche de celui du numéro un mondial

En conséquence, l'Ebitda (résultat d'exploitation avant intérêts, impôts et amortissement) de l’activité de transport maritime s’établit à 3 Md USD (3,2 Md USD pour le groupe), non loin de celui de l’activité de ligne régulière (Ocean) de Maersk, fixé à de 3,4 Md USD. Quant à l’activité logistique du groupe (Ceva Logistics), les recettes sont en hausse de 25 % pour atteindre les 2,1 Md USD à fin mars tandis que l'Ebitda s’améliore légèrement (de 137 à 172 M USD). 

"La demande soutenue de transport maritime de biens de consommation devrait se poursuivre"

L’armateur français est sans doute le transporteur le plus agressif dans la course à la capacité, notamment à travers la commande en avril dernier de 22 nouveaux navires (livrables entre 2023 et 2024), dont 12 au GNL et le développement d’une offre de transport de fret aérien avec sa propre flotte.

La division CMA CGM Air Cargo, dotée de quatre A330-200F d’une capacité de 60 tonnes et au rayon d’action de près de 7.500 kilomètres, a débuté ses opérations le 13 mars avec un premier vol entre Liège et Chicago, élargi ensuite vers New York et Atlanta. Elle prévoit d’ouvrir, d’ici l’été, trois nouvelles destinations : Dubaï, Beyrouth et Istanbul.

Pour répondre à la forte demande, le groupe indique avoir augmenté ses capacités de plus de 12,9 % par rapport au premier trimestre 2020, notamment grâce à l’entrée en service de ses mégamax de 23.000 EVP au GNL déployés entre l’Asie et le nord de l’Europe. Six d’entre eux avaient été livrés au 31 mars. Il n’en reste plus qu’un à réceptionner. Depuis un an, le groupe a ainsi augmenté sa capacité de transport de plus 330.000 EVP, soit une hausse de 8,1 %.

"La demande soutenue de transport maritime de biens de consommation observée depuis l’été 2020 devrait se poursuivre au deuxième semestre 2021. Le groupe continuera à investir dans le renforcement et le renouvellement de son outil industriel tout en renforçant sa structure financière", a indiqué Rodolphe Saadé le PDG du groupe à l’issue du conseil d'administration de CMA CGM qui s’est tenu le 4 juin à Marseille. Le dirigeant gage sur des résultats au deuxième trimestre 2021 au moins équivalents à ceux du premier trimestre 2021.