Risque de goulets d’étranglement dans le fret aérien
Après Panalpina, DHL Global Forwarding, Agility Logistics et CH Robinson alertent à leur tour les chargeurs et clients face au risque de congestion dans le fret aérien lors des troisième et quatrième trimestres. Bien que plus faible qu’en 2017, la croissance du transport aérien de marchandises demeure en effet soutenue et les transitaires se souviennent des difficultés de capacités rencontrées l’an passé. En 2018, de nouveaux goulets d’étranglement pourraient être observés suite aux tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine. Selon Panalpina, elles pourraient se traduire par un transfert des flux de la Chine vers des pays comme la Malaisie, la Corée du Sud, le Vietnam ou les Philippines avant d’être réexpédiés vers l’Amérique du Nord. La plupart des transitaires tentent d’anticiper ce risque en augmentant leur offre via le déploiement de charters et la réservation d’espaces supplémentaires sur les vols des compagnies aériennes. En parallèle, ils appellent leurs clients à planifier leurs envois le plus en amont possible au risque, sinon, de payer au prix fort leurs envois par voie aérienne ou de ne pas pouvoir les expédier. D’ores et déjà, les transitaires constatent une augmentation de 15 à 20 % des tarifs par rapport à ceux de 2017. Au-delà, ils alertent aussi sur les dangers de congestion au sol sur les aéroports ainsi que dans le transport routier confronté depuis plusieurs mois à une pénurie de moyens.