Rotterdam : stabilité au cours des trois premiers trimestres

Reprise des trafics vracs à Rotterdam au troisième trimestre 2018, tandis que le trafic conteneurisé a atteint au mois d’août un nouveau record mensuel. Sur les neuf premiers mois de l’année, le tonnage est en très légère baisse.

Le port de Rotterdam a vu transiter un trafic maritime de 349,9 Mt au cours des neuf premiers mois de l’année 2018, soit 0,4 % de moins qu’au cours de la même période de l’année précédente. Cette situation correspond cependant à une hausse de trafic au troisième trimestre 2018, puisque Rotterdam affichait à fin juin un trafic en baisse de 2,2 % par rapport au premier semestre 2018.

Progressions modestes dans le short sea

Le trafic de conteneurs continue de progresser, avec 10,8 M EVP entre janvier et septembre, soit 5,7 % de plus qu’au cours des trois premiers trimestres 2017. La progression à l’issue du premier semestre était encore plus forte, atteignant 6,2 %. C’est pourtant au mois d’août 2018 que le port de Rotterdam a atteint son record mensuel historique en matière de conteneur, avec la manutention de 136.500 tonnes de marchandises conteneurisées. La progression au cours des neuf premiers mois atteint 10 % pour les liaisons avec l’Amérique du Nord, et 20 % pour l’Amérique du Sud. Pour les lignes Europe-Asie, les importations conteneurisées augmentent de 10 % mais les exportations sont en baisse de 7,6 %. Quant au secteur short sea, il affiche des progressions bien plus modestes. "Ce ralentissement était particulièrement visible dans les services short sea vers la Grande-Bretagne, en raison du ralentissement de l'économie britannique", note le port de Rotterdam.

"En août, le port a atteint son record mensuel historique en matière de conteneur"

Les vracs liquides, dont le volume avait diminué de 4,3 % au cours des six premiers mois, n’affichent plus qu’une baisse de 1,3 % pour les neuf premiers mois de 2018, avec un total de 159,4 Mt. Les importations de pétrole brut, affectées par la chute de production des raffineries tant en Belgique et en Allemagne qu’aux Pays-Bas, n’atteignent que 74 Mt, soit une diminution de 5,3 %. Les trafics de GNL, en revanche, continuent leur progression et atteignent un niveau record en septembre 2018 avec 0,8 Mt. Sur les neuf premiers mois de l’année, le volume total de GNL atteint 3,7 Mt, près de trois fois plus qu’en 2017.
Du côté des vracs secs, Rotterdam affiche toujours une diminution de trafic par rapport à 2017, puisqu’au cours des trois premiers trimestres il ne s’en est manutentionné que 56,7 Mt. La baisse est cependant limitée à 7,3 % alors qu’elle atteignait 10,5 % à l’issue du premier semestre. C’est donc une reprise de trafic qui a eu lieu au cours du troisième trimestre pour les minerais et ferraille (22 Mt, - 6 % pour les trois premiers trimestres) et pour les charbons (19 Mt, - 5 %). Les vracs agricoles (7,2 Mt) sont en revanche en baisse de 18 % à l’issue des neuf premiers mois de l’année, alors que la diminution de trafic n’était que de 7 % à fin juin 2018. Le port de Rotterdam attribue ces faibles trafics "à de nombreux facteurs, dont la baisse des importations en provenance d’Amérique du Sud pour cause de mauvaises récoltes".
Le trafic roulier de Rotterdam a augmenté de 1,3 % au cours des neuf premiers mois, avec une stabilité des échanges avec la Grande-Bretagne et une hausse de ceux avec la péninsule Ibérique.
Les perspectives pour le quatrième trimestre sont bonnes, selon l’autorité portuaire de Rotterdam, qui affiche sa confiance et espère que le trafic total du port atteindra, à la fin de l’année 2018, le même niveau qu’en 2017.