Rouen : très bonne campagne céréalière 2018-2019

Pour la seconde année consécutive, le Grand Port maritime de Rouen renoue avec les meilleurs millésimes de sa grande spécialité, les exportations de céréales et graines. Plus 10,4 % de progression sur la précédente campagne avec 8,14 millions de tonnes sorties des silos.

Grâce à la très bonne qualité des céréales récoltées dans son hinterland lors de l’été 2018, notamment en termes de valeur protéinique, et grâce également à une demande soutenue, des pays du Maghreb en particulier, la campagne d’exportations de céréales et grains pour la campagne 2018-2019 du Grand Port maritime de Rouen (GPMR) a été très satisfaisante.
Les sorties de céréales se sont établies à 7,45 millions de tonnes au 1er juillet dernier (+ 7,3 %) et celles de graines oléo-protéagineuses à 650.000 tonnes (+ 87 %). À noter un mois de mars 2019 proche du record mensuel historique avec 1,3 million de tonnes sorties des silos portuaires.
Grâce à ces résultats, le GPMR conserve les 47 % de parts de marché au plan national atteints l’an dernier pour les exportations de grains. Les statistiques sont pour autant disparates. Les fortes progressions concernent le blé tendre (+ 16 % à 5,75 millions de tonnes) et les graines oléo-protéagineuses (pois, féverolles, colza) qui bondissent à 651.000 tonnes (+ 87 %).
Concernant les destinations, l’Algérie demeure, et de loin, le principal client du port de Rouen avec 3,8 millions de tonnes devant le Maroc (891.000 tonnes). Suivent la Chine, la Tunisie, Cuba et l’Arabie saoudite. Il convient de souligner également le retour des sorties vers la COA qui retrouvent leur niveau des années 2000 malgré la forte concurrence des produits venus de la mer Noire. Des vraquiers céréaliers ont ainsi pris la direction du Cameroun ou de la Mauritanie.

"La progression la plus spectaculaire se trouve du côté des graines de colza"

Autre caractéristique de ces marchés très disputés : l’importance des aléas climatiques. La sécheresse rencontrée en Europe de l’Est a ainsi bénéficié aux sorties d’orge brassicole à destination de l’Allemagne et de la Pologne notamment. Toujours concernant l’orge, tant brassicole que fourragère, les exportations vers la Chine se confirment à 420.000 tonnes.
Enfin, la progression la plus spectaculaire (+ 186 %) se retrouve du côté des graines de colza avec 521.000 tonnes avec des entrées et sorties quasiment identiques. Les importations sont majoritairement destinées à l’usine Saipol (groupe Avril) de Grand-Couronne pour la production de biocarburants et d’huiles alimentaires.

Amélioration des accès maritimes

Dans ce contexte plutôt favorable, les opérateurs en profitent pour investir d’autant que le GPMR vient d’achever son programme d’amélioration des accès maritimes avec un gain d’un mètre pour le tirant d’eau des navires. Le premier à dégainer a été le groupe coopératif Senalia qui a modernisé son terminal de Grand-Couronne et transférera son siège de Chartres à Rouen en 2020.
Le groupe Beuzelin (BZ) a ajouté dix cellules à son silo Maison Bleue de Petit-Couronne inauguré il y a trois ans et vient de lancer la construction d’un bâtiment qui accueillera également son nouveau siège social. Enfin, le groupe Soufflet a annoncé qu’il allait procéder à une opération comparable à celle réalisée par Senalia à Grand-Couronne pour moderniser son terminal Socomac de Canteleu sur la rive droite de la Seine.