SNCF Réseau veut décongestionner le nœud ferroviaire lyonnais

Le développement du fret est l’une des questions posées par le débat autour du nœud ferroviaire lyonnais qui se déroule jusqu’au 11 juillet.

Le nœud ferroviaire lyonnais et le contournement ferroviaire de l’agglomération lyonnaise (CFAL) sont des sujets majeurs pour le fret ferroviaire en France. "Tant qu’ils ne seront pas réalisés, les améliorations ne pourront être que marginales". De passage à Lyon, le président de SNCF Réseau, Patrick Jeantet, a apporté sa pierre au débat lancé par la commission nationale du débat public autour du nœud ferroviaire lyonnais.

"Le volume de marchandises transportées sur le rail a baissé de 19 %"

Cette réflexion renvoie aux reproches faits à SNCF Réseau. "Sur le fret, la première critique que nous adressent les entreprises ferroviaires, c’est qu’on n’est pas capable de donner des sillons de bonne qualité c’est-à-dire prévisibles, fermes", poursuit Patrick Jeantet. Entre 2008 et 2016, le volume de marchandises transportées sur le rail a baissé de 19 % selon une étude du ministère de la Transition écologique. Pour essayer d’inverser cette courbe, de premiers chantiers ont été engagés. Les investissements dans les installations de triage ont été doublés, de 10 à 20 millions d’euros par an.
Le président de SNCF Réseau reconnaît aussi qu'il doit nouer une relation "plus approfondie" avec les chargeurs et les ports pour tenter d’anticiper les volumes à embarquer et réserver des sillons à l’avance. Un nouveau système informatique "intelligent" d’attribution de sillons devrait y contribuer.

Une facture d’au moins 2,8 milliards

Mais les plus grands aménagements restent à venir. Ils sont au cœur du plan présenté par SNCF Réseau pour décongestionner le nœud ferroviaire lyonnais qui voit converger douze branches différentes et deux corridors de fret européens en pleine ville. 1.200 trains le traversent chaque jour, dont 15 % de convois de fret. Un tiers des retards sur le réseau régional est dû à un incident dans le NFL. Avec 80 % des trains à l’heure, Auvergne-Rhône-Alpes figure à l’avant-dernier rang des régions françaises, juste devant Paca. Cette situation devrait s’aggraver avec l’accroissement des trajets à longue distance et du fret dans les prochaines années.
SNCF Réseau veut concentrer ses efforts sur trois points critiques : les sections entre Saint-Clair et la Guillotière, Saint-Fons et Grenay à l’est, la gare de La Part-Dieu. Deux voies supplémentaires de 10 km seraient construites entre Saint-Clair et la Guillotière et deux nouvelles voies à quai à La Part-Dieu, en surface ou en sous-sol avec la création d’une gare souterraine qui renchérirait considérablement la facture. Deux nouvelles voies seraient également aménagées entre Saint-Fons et Grenay à l’est. Ces aménagements permettraient d’accroître de 40 % la capacité du NFL. La facture totale s’élèverait entre 2,8 milliards et 4,3 milliards d’euros selon les options retenues. Sans compter la réalisation du CFAL dans sa partie Nord qui pourrait canaliser la circulation des trains de fret, sans passer au centre de Lyon.