Saône-Rhin-Europe : avancer malgré les vents contraires

Déçue mais pas surprise par le sort que la loi Lom réserve au fluvial, l’association Saône-Rhin-Europe poursuit ses actions de pédagogie, en attendant des jours meilleurs pour le projet de liaison Saône-Rhin qu’elle défend.

La loi Lom d’orientation des mobilités n’a pas trouvé ses fans parmi les membres de l’association Saône-Rhin-Europe. Difficile en effet d’y trouver des motifs de satisfaction pour ces fervents défenseurs du fluvial en général, et du projet de liaison à grand gabarit entre les bassins du Rhin et du Rhône en particulier. "Le fret au global est le parent pauvre de la loi, dont le contenu n’est pas à la hauteur des bonnes ambitions d’aménagement du territoire et de report modal. La référence au fluvial est en quelque sorte aléatoire : elle disparaît à des endroits du texte et réapparaît à d’autres. Et les maîtres-mots de la loi Lom, que sont la priorité aux services plutôt qu’aux infrastructures et la rénovation prioritaire de l’existant, s’avèrent insuffisants pour répondre aux enjeux de relance de la voie d’eau, vu le peu d’efforts qui lui ont été consacrés dans le passé récent", commente Pascal Viret, président de Saône-Rhin-Europe.

Jouer collectif

Dans ce contexte qui ne préserve que l’essentiel pour le fluvial – le canal Seine-Nord-Europe, le programme d’aménagement de l’Oise et la mise à grand gabarit entre Bray-sur-Seine et Nogent-sur-Seine –, la réalisation de l’objectif ultime de l’association paraît toujours aussi lointaine, comme elle le concède. Repoussée au-delà de 2050 par le rapport Duron, la liaison Saône-Rhin n’a pas été repêchée par celui du Conseil d’orientation des infrastructures (COI). Ce n’est pas une surprise pour Pascal Viret qui voit dans ce travail récent un "Duron bis". L’Est a toujours du mal à s’imposer comme hinterland naturel de Marseille dans la tête des décideurs nationaux : Pascal Viret en veut pour preuve que la mission du ministère chargé des Transports sur la compétitivité de la façade maritime méditerranéenne "n’est pas allée au-delà de l’axe du Rhône".

"L’Est a toujours du mal à s’imposer comme hinterland naturel de Marseille"

L’association n’en poursuit pas moins ses actions avec abnégation. Par interventions orales, courriers ou contributions sur le web, elle ne cesse d’interpeller les décideurs publics. Elle s’est volontiers intégrée à la fédération Agir pour le fluvial, dans laquelle elle voit un motif d’espoir : la perspective que les partisans de la voie d’eau jouent collectif sans monter un projet contre un autre, comme cela a pu être le cas jusque dans un passé récent. Face aux vents contraires, cette cohésion est nécessaire, souligne-t-elle.