Sénalia : année exceptionnelle pour les sorties de céréales à Rouen

12/01/2021 Vincent Rogé

Covid-19 oblige, les assemblées générales du groupe Sénalia, premier chargeur du port de Rouen, se sont déroulées par visio-conférence, y compris pour les adhérents. Pas de grand-messe en janvier au Palais Brongniart mais une année exceptionnelle pour les sorties de céréales.

Leader européen de la logistique céréalière et premier chargeur du Grand Port maritime de Rouen (GPMR) avec 51 % des tonnages traités, le groupe Sénalia a connu une campagne 2019-2020 qualifiée d’exceptionnelle par ses dirigeants pour les exportations de céréales.

Record malgré les vents contraires

Avec 8,12 millions de tonnes manutentionnées (+ 15 %) dont 5,2 pour les céréales (+ 31 %), les volumes ont connu des niveaux record. "Une performance d’autant plus notable que nous avons dû faire face à la pandémie mais aussi à l’incendie de Lubrizol et surtout aux mouvements sociaux de décembre 2019 et janvier 2020 qui ont paralysé le transport ferroviaire pour les approvisionnements", relève Gilles Kindelberger, directeur du groupe. Et d’ajouter : "Nous sommes heureux d’avoir pu ainsi verser plus de 863.000 euros de primes à nos livreurs engagés". La part de Sénalia dans l’exportation nationale de céréales frôle désormais les 25 %. Ces bons résultats sont dus au dynamisme du blé meunier mais aussi aux orges qui ont représenté 32 % des tonnages exportés.

Côté destinations, l’Algérie et le Maroc demeurent les principaux clients du port mais la Chine continue sa progression (+ 73 %) grâce notamment aux orges, tant fourragères que de brasserie. En revanche, l’Union européenne recule de 4 points, à 200.000 tonnes, en raison de la diminution des marchés polonais, belge, italien et néerlandais.

L'agro-industriel en baisse

Le bilan est moins bon du côté des produits agro-industriels, en retrait de 6 % principalement en raison de la mauvaise activité sucrière. À une piètre récolte 2019, se sont ajoutés le sinistre Lubrizol et surtout la grève SNCF qui a lourdement impacté le site Robust de la presqu’île Élie. Parallèlement, la coopération avec Saint-Louis Sucre cessera fin septembre prochain à l’initiative du groupe sucrier.

Les autres métiers de Sénalia ont été plutôt bien orientés même si l’activité de trituration des graines de colza a été freinée par l’arrêt de cinq semaines de l’usine Saipol (groupe Avril) de Grand-Couronne. Près de 816.000 tonnes de colza ont été acheminées vers le site contre 872.000 tonnes l’an dernier (- 6,8 %), niveau d'érosion que l'on retrouve pour les sorties d’huiles, esters ou tourteaux. Sur le site Tereos de Lillebonne où des investissements ont été réalisés avec de nouvelles installations de chargement mixte (conteneurs et bennes vrac), on note une progression globale de 7 % des volumes manutentionnés aussi bien en entrée (blé) qu’en sortie (drêches et gluten).

Concernant les partenariats avec Barry Callebaut et Cargill, les volumes ont été stables avec 2.600 conteneurs de fèves de cacao traités. À noter que de nouvelles surfaces de stockage de 15.000 m2 sont en cours de construction.
Enfin, événement majeur à venir pour un groupe historiquement basé à Chartres (Eure-et-Loir), la construction du nouveau siège de Sénalia sur la rive gauche de Rouen, non loin de la presqu’île Élie, a commencé. Sa livraison est programmée pour fin 2021.