Sénalia va installer son siège social à Rouen

Sénalia, le groupe coopératif spécialiste des céréales, va installer son siège social à Rouen. Un geste fort et symbolique pour le Grand Port maritime (GPMR).

L’information n’a pas encore été rendue publique mais elle est confirmée. Historiquement, le siège de Sénalia, premier chargeur des terminaux amont du GPMR, était situé à Chartres (Eure-et-Loir), épicentre de la principale zone de collecte du groupe coopératif. À un horizon compris entre fin 2020 et mi-2021, il prendra place à Rouen, dans le futur écoquartier Flaubert, sur la rive gauche de la capitale normande, non loin de la presqu’île Élie ou est implanté l’un des terminaux de Sénalia. La décision a été entérinée en conseil d’administration il y a huit mois. Le projet en est au stade du concours d’architectes, raison pour laquelle il ne peut pas encore être chiffré précisément. Les travaux ont été légèrement retardés pour ne pas perturber l’Armada 2019, ce grand rassemblement de vieux gréements programmé au début de l’été prochain. On sait déjà que le bâtiment de trois étages sera "passivhaus" pour une superficie totale de 3.000 m2. "L’un des étages sera réservé à l’accueil de start-up dans le secteur de la logistique", précise Gilles Kindelberger, directeur général de Sénalia, par ailleurs missionné au sein de l’Union portuaire rouennaise (UPR) pour le domaine de la formation et du partenariat avec les grandes écoles. En 2017, dans un contexte céréalier très impacté par une moisson 2016 catastrophique, le groupe Sénalia a manutentionné près de 5 millions de tonnes de produits agroalimentaires divers (grains, sucre, chocolat, etc.). Ce chiffre dépassait 8,5 millions de tonnes l’année précédente. "Ce transfert de siège est hautement symbolique et témoigne de la confiance que nous plaçons dans le port de Rouen", commente le directeur du premier exportateur français de céréales.

"Trois nouveaux portiques sur le terminal de Grand-Couronne"

Sénalia s’apprête à réceptionner trois portiques de chargement parmi les plus performants en Europe (1.000 tonnes/heure) pour équiper son terminal céréalier de Grand-Couronne à l’aval de Rouen. Cet investissement de l’ordre de 12 millions d’euros fait suite aux travaux effectués par le GPMR, notamment l’approfondissement de la souille et le renforcement des quais, un chantier en phase avec l’approfondissement du chenal de la Seine qui s’achève dans le but d’accueillir des navires avec un mètre de tirant d’eau supplémentaire.