Stef : une stratégie européenne accélérée

17/03/2021 Érick Demangeon

La crise sanitaire et ses conséquences économiques ont pesé sur les résultats de Stef en 2020. Cependant, le groupe reste largement bénéficiaire et a noué des partenariats stratégiques en Europe.

Le chiffre d’affaires du groupe Stef s’est élevé à 3.145 millions d’euros en 2020, en baisse de 8,6 %. Ce repli a plusieurs origines. Il intègre tout d’abord la chute des revenus de La Méridionale, sa filiale maritime, et de ses ventes pour compte de tiers (négoce). Il comprend aussi l’impact de la crise sanitaire sur les volumes traités par ses réseaux de transport en France comme à l’international.

Les plus fortes baisses d’activité concernent ses unités d’affaires "produits de la mer" et "restauration hors domicile (RHD). Ces évolutions pèsent sur la rentabilité du groupe dont les bénéfices opérationnel (116,9 M EUR) et net (72,8 M EUR) dévissent d’environ 28 % chacun. Trois éléments ont dégradé ces résultats : les pertes de sa branche maritime ("L'Antenne" du 16 mars), les surcoûts dus au maintien de 100 % de ses capacités de transport et de logistique durant les deux confinements, et les dépréciations d’actifs (10 M EUR dont 7 M EUR aux Pays-Bas).

Une couverture européenne élargie

Au plan stratégique, Stef n’est pas resté inactif en 2020. Pour 30 M EUR, le groupe a repris les activités de Nagel en Italie, en Belgique et aux Pays-Bas. En France, les deux partenaires se sont alliés dans une co-entreprise, Stef ayant repris la participation de 49 % de STG dans la société Logistique Internationale Alimentaire (LIA) dont Nagel détient 51 %. Le partenariat avec Nagel comprend aussi l’accès à ses réseaux de distribution sous température dirigée en Allemagne, en Europe centrale et de l’Est.

Le partenariat avec Nagel ouvre à Stef les marchés allemands et d’Europe centrale et de l’Est

En Italie, le groupe français a noué des liens avec Mediterrenea Trasporti (groupe Marlog) pour traiter l’ensemble de ses activités "seafood" dans le pays. Cette collaboration s’est traduite par la création de la co-entreprise Med Sealog dont Stef détient 40 %. Enfin, pour ses flux avec le Royaume-Uni, un partenariat a été conclu avec Set Cargo chargé de réaliser ses formalités douanières ainsi que sûreté-sécurité.

Transition écologique et numérique

En 2021, le groupe annonce un plan de lutte contre ses émissions de CO2 constitué de plusieurs axes : le renouvellement d’une partie de sa flotte sous motorisation au gaz, le déploiement de nouveaux groupes "froid" cryogéniques, électriques et à hydrogène, ainsi que des mesures de réduction des consommations d’énergie sur ses sites logistiques. En parallèle, Stef se fixe pour objectif de dématérialiser et d’accélérer sa transition numérique dans sa relation client et ses activités de transport en particulier.