Suisse : des routiers dans la branche fret de CFF

L'opérateur ferroviaire public suisse a retenu un groupement de quatre transporteurs-logisticiens pour la cession de 35 % du capital de sa filiale CFF Cargo.

C'est la route qui vient en renfort du rail en Suisse. La procédure d’ouverture du capital de CFF Cargo, la branche fret des Chemins de fer fédéraux, s’est conclue au début de septembre par le choix de quatre transporteurs-logisticiens helvétiques, alors que des chargeurs s’étaient également intéressés au dossier.
Les sociétés suisses Planzer, Camion Transport, Galliker et Bertschi prendront une participation de 35 %, une fois obtenu l’accord de l’autorité nationale de la concurrence, au printemps prochain. La transaction, d’un montant non communiqué, s’effectue via la société commune Swiss Combi qu’ils ont constituée. Elle ne concerne que l’activité interne à la Suisse, soit près de 30 millions de tonnes annuelles par wagons ou trains complets ou par transport combiné. La branche internationale, CFF Cargo International qui est codétenue par Hupac, sera détachée de CFF Cargo SA et rattachée directement à la maison-mère CFF.

Renouer avec les bénéfices

"Augmenter le taux d’occupation des trains, améliorer la fiabilité et l'efficacité" forment les objectifs assignés par l'opérateur ferroviaire au nouveau CFF Cargo. La conséquence logique doit être une amélioration du résultat, par un retour durable aux bénéfices.
Longtemps déficitaire, du fait notamment d’une stratégie de développement autonome sur les marchés italien et allemand après l’échec d’un partenariat avec Trenitalia, la branche fret est revenue à un équilibre encore fragile en 2018 puis au premier semestre 2019.
Mais les six premiers mois de l’année ont été marqués par une baisse de trafic de 8,6 % pour la partie Suisse sous l’effet de reflux dans l’acier, le bois et la chimie. L’an dernier, l’activité helvétique a procuré un chiffre d’affaires de 742 millions de francs suisses, soit environ 680 millions d’euros.
La suppression de 800 postes, sur un effectif actuel de 2.275 salariés, est prévue d’ici à quatre ans, selon des décisions antérieures à l’ouverture du capital.
Le fait de s’adosser aux nouveaux actionnaires doit apporter une assise financière, un dynamisme commercial dans le contexte de prévision de croissance de 1,2 % par an jusqu’en 2040 du fret ferroviaire en Suisse, et une meilleure réponse multimodale.
Ainsi, Planzer voit dans son entrée dans CFF Cargo l’opportunité de "développer (son) offre de transport combiné", de créer des synergies entre "la courte distance de la route et la longue distance du train" et  d’explorer de nouveaux marchés comme la logistique urbaine.