TLF en route vers le futur

TLF avait choisi un cadre inédit et un thème particulièrement d’actualité pour ces 13e assises régionales du transport et de la logistique : la formation et la transformation numérique.

C’est un robot qui pourrait révolutionner les services urbains, de proximité et la logistique du dernier kilomètre. Ce “droïde" conçu par la société lyonnaise TwinswHeel a été présenté lors des 13e assises régionales du transport et de la logistique à l’IUT de Bron le 20 novembre. L’une des particularités de ce robot livreur est qu’il est "customisable". Avec ses multiples lindars, caméras 2D et 3D, capteurs ultrason et infrarouge, il peut s’adapter à différents métiers, aider une personne âgée à faire ses courses, se mouvoir dans un entrepôt ou dans un espace semi-ouvert, une gare, un aéroport ou un hôpital, en totale autonomie et en toute sécurité. Selon le fondateur de la start-up lyonnaise, Vincent Talon, il peut se déplacer à côté d’un opérateur, se piloter à distance ou être 100 % autonome, répondre aux attentes de la smart city et de l’industrie 4.0.

Robots et véhicules autonomes

Fabriqué à partir de 100 % de pièces en provenance d'Europe, ce robot peut porter jusqu’à 500 kg à une vitesse de 10 à 25 km/h. Il pourra intervenir dans le démantèlement de centrales nucléaires pour le transport de fûts de matières radioactives. Des expérimentations sont ou vont être conduites dans des magasins Franprix à Paris, pour la livraison de colis et de produits frais à Montpellier, dans les rues du quartier de Confluence à Lyon au printemps prochain ainsi que sur certains sites ou usines de Renault, Siemens ou dans un Technicentre de la SNCF. À sa manière, ce “droïde" répond à certaines attentes sociétales : il contribue à lutter contre la pollution et certains troubles musculo-squelettiques. "Dans la mesure où il évolue au milieu des gens, ce robot doit créer de l’empathie", ajoute Vincent Talon.

"Réflexion autour de l’innovation, de l’intelligence artificielle et de la transformation numérique"

Ce “droïde" a été l’une des "attractions" des 13e assises régionales du transport et de la logistique organisées par TLF qui avait souhaité ouvrir des pistes de réflexion autour de l’innovation, de l’intelligence artificielle et de la transformation numérique. Des thèmes "dont on entend beaucoup parler, note Jean-Christian Vialelles, délégué régional de TLF, mais dont les contours et applications restent encore floues".
Mais TLF entend bien avoir droit au chapitre. Son délégué régional siège au groupe de travail national sur les véhicules autonomes présidé par Anne-Marie Idrac et piloté par le cluster automobile Cara. À l’occasion du rendez-vous de Bron, un point a été fait sur cette nouvelle génération de véhicules par le directeur du programme Système de transport et intelligence de Cara, Philippe Gache, ainsi que sur les objets connectés et les capteurs qui équipent déjà certains véhicules, dans un but notamment de "prévention des pannes", comme l’a montré Emmanuel Estragnat de Renault Trucks.

Formations et métiers de demain

Pour ses 13e assises régionales, TLF avait tout à la fois choisi un format différent, gratuit et un lieu original : l’IUT de Bron, près de Lyon, le seul en France à préparer un DUT GLT (Gestion Logistique Transport) en alternance et une licence professionnelle. Un établissement de formation en ligne avec la thématique du jour sur l’innovation et le numérique de nature à sensibiliser les adhérents de TLF aux métiers de demain.
L’Aftral a profité de cette matinée pour montrer qu’elle adaptait ses formations à cette nouvelle donne numérique. Avec de nouveaux outils, simulateur de conduite, rétroviseurs par caméra, susceptibles d’améliorer la sécurité routière. L’organisme a acquis depuis quelques mois un véhicule GNV qui permet de former les jeunes conducteurs à cette conduite et à ce mode d’avitaillement singulier. Un partenariat avec Generix Warehouse Management ouvre également de nouveaux horizons dans le pilotage d’entrepôts logistiques avec l’emploi de lunettes connectées. Mais l’Aftral ne se limite pas à ces objets innovants, elle réfléchit en particulier au développement d’un MOOC, d’une formation dédiée aux pilotes de drones dans les entrepôts, et à de nouvelles méthodes qui font notamment appel au design thinking !