Transport frigorifique : des solutions pour remplacer les fluides HFC

21/07/2021 Érick Demangeon

Les groupes frigorifiques des transporteurs routiers utilisent en majorité des fluides frigorigènes HFC émetteurs de gaz à effet de serre. Les règlements européens F-Gas prévoient la suppression de ces fluides d’ici 2030. Des technologies de substitution ont été présentées lors des journées techniques Tecnea-Cemafroid les 24 et 25 juin.

Plusieurs solutions sont disponibles pour remplacer les fluides frigorigènes HFC présents dans les groupes frigorifiques des transporteurs routiers. Coldway par exemple développe une technologie de production de froid autonome à partir d’une réaction thermochimique entre de l’ammoniac, des sels et du graphite. Appelée "sorption solide-gaz", cette technologie équipe depuis une dizaine d’années des véhicules de petite taille utilisés en logistique urbaine notamment : tri-porteurs et vélos-cargos, conteneurs isothermes, scooters, fourgonnettes et utilitaires, notamment électriques.


Sans émissions de carbone ni bruit, les groupes frigorifiques Coldway produisent du froid ou de la chaleur jusqu’à soixante heures puis se rechargent sur une simple prise électrique pendant six heures. Pour les véhicules et caisses réfrigérées de plus grande taille, la technologie cryogénique avec azote bénéficie des mêmes performances écologiques et de silence pour la production de froid. En outre, "le temps de descente en température d’une caisse est divisé par deux par rapport à un groupe diesel", souligne Marc Devidal référent technique du groupe Frappa, qui propose aussi des solutions de froid ventilées avec neige carbonique. Les systèmes avec plaques et tubes eutectiques (constitués de liquides accumulateurs de froid) sont une autre alternative pour produire du froid embarqué de façon autonome, écologique et silencieuse. "Ils s’adaptent à toutes les configurations et tailles de véhicules et caisses réfrigérées", assure Michel Leredde, directeur export de la société Cold Car.

Nouvelles approches isolantes

La puissance et la consommation énergétique d’un groupe frigorifique embarqué varient selon plusieurs facteurs, dont l’isolation de la caisse isotherme. La conception de ces dernières évolue vers "des solutions hybrides combinant plusieurs isolants", constate Giuliano Caselli, directeur de Tecnea Italie. "Pour augmenter l’isolation des caisses, il faut changer d’approche et de technologie", confirme Bruno Etting, directeur du développement de produits du fabriquant de remorques Chéreau. Le carrossier cite l’exemple de panneaux isolants sous vide (VIP) encapsulés dans des blocs de mousse polyuréthane. Cette technique permettrait une baisse des consommations et des émissions de CO2 des groupes frigorifiques jusqu’à 25 %. Elle réduirait aussi de plusieurs heures la remontée en température des caisses. Autre atout : cette forme d’isolation est compatible avec toutes les solutions de production de froid.