Troisième trimestre sous le signe d'une légère reprise pour AP Møller-Maersk

19/11/2020 Vincent Calabrèse

Pour AP Møller Maersk, le troisième trimestre de l'année s'est avéré plus rentable que le précédent. Après un deuxième trimestre fortement pénalisé par le confinement, le groupe danois est parvenu à profiter de la reprise.

Dans un contexte économique restant affecté par la pandémie, AP Møller-Maersk indique que les volumes à transporter ont connu une diminution moins sévère que prévu au cours du troisième trimestre. Il estime que les bénéfices de ses divisions Ocean ainsi que Logistics Services ont progressé grâce à une reprise de la demande. Le groupe danois souligne avoir tiré profit de la suppression de ses marques Safmarine et Damco.
Son chiffre d'affaires global a toutefois baissé de 1,4 %, à 9,9 milliards de dollars (contre 10,1 md USD en 2019), freiné par une baisse de 3,6 % des volumes pour sa division Ocean et de 3,7 % pour sa branche terminaux portuaires. Deux tendances négatives compensées par une hausse de son chiffre d'affaires pour la division Logistics & Services en raison des acquisitions réalisées au cours de la période.

Ebitda en hausse de 39 %

L'Ebitda (résultat brut d'exploitation) a progressé pour l'ensemble des branches du groupe de 39 %. Une augmentation de 641 M USD lui permettant d'atteindre 2,3 md USD.
Pour sa division Ocean, AP Møller-Maersk a marqué une hausse de 511 M USD, à 1,8 md USD. Le groupe mentionne le schéma devenu classique pour 2020 alliant un recul (1 %) des volumes de conteneurs transportés au cours du trimestre, une révision à la baisse de la capacité déployée, une diminution du prix des combustibles et une moindre consommation, ainsi qu'une hausse moyenne de 4,4 % des taux de fret.
Concernant le nombre d'EVP transportés, il mentionne pour les trois mois d'été une reprise comparé au deuxième trimestre qu'il attribue à la levée des restrictions qui avaient pesé sur l'économie durant la période du premier confinement dans certains pays du monde. Le groupe révèle un recul de 3,6 %, soit 3,28 millions de conteneurs de quarante pieds (6,56 M EVP). Le trafic a progressé de 3 % sur l'axe est-ouest pendant la période, selon son bilan trimestriel. Il ajoute que les flux ont bondi de 17 % aux États-Unis en sortie d'Asie, que les importations européennes en sortie d'Extrême-Orient ont augmenté de 2 % et que les importations asiatiques en sortie d'Amérique du Nord et d'Europe ont baissé. On apprend enfin que les flux nord-sud ont, en outre, reculé alors qu'ils ont progressé de 2 % sur le segment Intra-Asie.

La logistique en forte croissance

À la fin du trimestre sous revue, le groupe scandinave prévoit de restaurer la capacité déployée sur le marché asiatique, segment où les taux de fret ont retrouvé une hausse.
En ce qui concerne sa division Logistics & Services, il a enregistré un Ebitda de 131 M USD, contre 91 M USD en 2019 (+ 44 %). Un chiffre comprenant des frais de restructuration qui se sont élevés pour ce secteur à 40 M USD. La baisse des volumes a été compensée par l'acquisition du logisticien et distributeur américain Performance Team en avril et une amélioration des marges dans l'acheminement du fret aérien ainsi que les taux de fret du secteur.
Pour son activité liée aux terminaux et au remorquage (Terminals & Towage), l'Ebidta est passé en un an de 263 M USD à 274 M USD (+ 4,2 %). Une hausse portée par le port indien de Gujarat Pipavat et des frais d'exploitation et administratifs en baisse de 3,7 % sur d'autres terminaux. Quant au remorquage, son activité est restée stable, à 52 M EUR (contre 54 M EUR).
Pour 2020, le groupe s'attend à un Ebitda qui devrait se situer entre 8 md USD et 8,5 md USD, avant restructuration et intégration des coûts.