Un navire conventionnel en difficulté en mer de Norvège

07/04/2021 AFP

Les autorités maritimes norvégiennes ont, en raison de conditions météo toujours difficiles, repoussé à jeudi les tentatives de remorquage d'un navire néerlandais à la dérive depuis deux jours en mer de Norvège, sans propulsion ni équipage à son bord.

Les opérations visant à remorquer le "Eemslift Hendrika" devaient avoir lieu initialement mercredi 7 avril dans la matinée, puis dans l'après-midi, mais les autorités ont annoncé en milieu de journée leur report à jeudi matin à cause du mauvais temps. "Une amélioration de la météo est annoncée pour demain et il y a de meilleures chances pour que l'opération réussisse", a indiqué l'Administration côtière norvégienne (Kystverket).
Dans la nuit de mardi à mercredi, deux remorqueurs norvégiens ont rejoint un bâtiment des garde-côtes dans la zone où se trouve le navire conventionnel battant pavillon des Pays-Bas, sur lequel il est prévu d'héliporter quatre employés de la société néerlandaise d'intervention Smit Salvage pour installer des câbles de remorquage. "La sécurité physique est toujours la principale des priorités dans des situations comme celle-ci et il faut que le sauvetage puisse avoir lieu en toute sécurité", a indiqué Hans-Petter Mortensholm, un responsable de Kystverket.

Avarie moteur et cargaison à l'eau

L'"Eemslift Hendrika", conventionnel gréé de 112 mètres de long avec une capacité conteneurisée de 261 EVP, est opéré par l'armateur néerlandais Amasus, qui l'affrète auprès de la société Eemslift Esbjerg BV. Il avait lancé un appel de détresse lundi en fin de matinée alors qu'il transportait plusieurs navires de service entre le port allemand de Bremerhaven et Kolvereid en Norvège, une tempête ayant déplacé une partie de sa cargaison. Victime, par la suite, d'une avarie moteur, il avait été évacué dans des circonstances spectaculaires par ses douze membres d'équipage alors qu'il présentait une gîte importante, laquelle faisait craindre aux autorités norvégiennes qu'il ne chavire et provoque une fuite d'hydrocarbures.
Ayant perdu une partie de sa cargaison – un des navires qui se trouvait sur le pont – mardi et bénéficiant d'une légère amélioration de la météo, le navire a gagné en stabilité. Selon Kystverket, la trajectoire de sa dérive rend improbable qu'il ne s'échoue sur les côtes norvégiennes.
Mercredi matin, le conventionnel se trouvait entre 22 et 28 kilomètres de Stad, péninsule de l'ouest du pays scandinave considérée comme le point de démarcation entre la mer de Norvège et la mer du Nord. Bien que plus basses que la veille, les vagues y atteignaient encore entre 6 et 8 mètres de haut.