Un nouveau modèle entre public et privé pour le rail britannique

21/09/2020 AFP

Le gouvernement britannique a annoncé une réforme de son modèle de privatisation des lignes de train en décidant de mettre fin aux franchises privées, remplacées par des contrats de concession avec une plus grande implication des pouvoirs publics.

"Le modèle de privatisation adopté il y a vingt-cinq ans a vu des hausses importantes du nombre de passagers mais cette pandémie a prouvé qu'il ne fonctionnait plus", a déclaré lundi 21 septembre le ministre des Transports Grant Shapps.
La gestion des lignes de train ne se fera donc plus par franchises (qui donnaient l'entière gestion aux opérateurs privés) mais est régie depuis lundi par de nouveaux contrats de type concession. Désormais, un opérateur privé pourra gérer une ligne moyennant le versement d'une commission et sous condition d'atteindre des objectifs de performance plus stricts qu'auparavant. Le gouvernement espère que ce mécanisme permettra au transport ferroviaire de se relancer après avoir vu son activité chuter depuis le début de la crise sanitaire.

Des contours non encore définis

Ce modèle sera temporaire, prévient toutefois le ministère des Transports qui entend basculer vers un nouveau système dont les contours n'ont pas encore été définis mais seront dévoilés dans un "livre blanc" publié une fois que l'évolution de la pandémie le permettra. "Celui-ci conservera les meilleurs aspects du secteur privé, dont la concurrence et l'investissement, mais avec une vision stratégique, un leadership et un sens des responsabilités" précise-t-il. Tant que le trafic restera inférieur à la moyenne et via ce nouveau modèle, le contribuable devra "mettre la main à la poche". Une situation qui sera de l'ordre du court terme, rassure le gouvernement qui prédit une réforme bénéfique aux finances publiques dès le moyen terme.
C'est après avoir pris temporairement le contrôle des lignes fin mars afin d'éviter des faillites que cette décision a été prise. Les ratés de la privatisation des chemins de fer ne sont pas nouveaux au Royaume-Uni et précèdent la pandémie, entre surcoûts, retards et inefficacités liées au découpage de l'exploitation. Ces dernières années, le gouvernement a même dû procéder à des nationalisations pour sauver des lignes mal gérées. Les lignes ferroviaires sont à l'heure actuelle divisées en seize franchises à travers le pays et sont gérées par une myriade d'opérateurs, dont la SNCF.