Un prêt de 1 milliard d'euros consenti au groupe CMA CGM

Le groupe CMA CGM a obtenu un prêt d'un milliard d'euros garanti par l'État. Cette somme va permettre au quatrième armateur mondial de renforcer sa liquidité.

Le groupe de transport maritime et de logistique CMA CGM va bénéficier d'un prêt de 1,05 milliard d'euros. Consenti par les banques BNP Paribas, HSBC et la Société Générale, il a pour échéance une année mais pourra être reconduit pour cinq ans, indique la direction de la compagnie.
Le quatrième armateur mondial mais aussi propriétaire du groupe de logistique Ceva explique que cette opération s'inscrit dans le cadre d'un dispositif de prêts garantis par l'État mis en place en mars 2020 dans le contexte de la crise sanitaire.

"Faire face aux incertitudes sur la conjoncture mondiale"

La compagnie estime que ce financement lui permettra de "continuer à renforcer sa trésorerie pour faire face aux incertitudes sur la conjoncture mondiale nées de la crise sanitaire et des mesures de confinement dans un grand nombre de pays".
Car, lorsque AP Møller-Maersk prévoit une baisse de 20 à 25 % du marché au second trimestre, le groupe marseillais n'entrevoit qu'un ralentissement limité, avec "10 % du recul des volumes entre le premier semestre 2019 et le premier semestre 2020". Le groupe marseillais se veut également rassurant en ajoutant qu'il "renforce son programme de réduction des coûts maritimes et logistiques".
Pour son PDG, Rodolphe Saadé, "ce prêt démontre également la confiance de nos banques dans le modèle économique et la stratégie du groupe CMA CGM". Selon lui, "cette crise nous conforte dans l’idée de repenser la mondialisation en la fondant sur des échanges économiques plus équilibrés et plus respectueux de l’environnement".
Ce prêt est en outre bienvenu pour le groupe puisqu'il avait achevé l'année 2019 sur des pertes malgré un chiffre d'affaires et un Ebitda en hausse.
Pour l'année en cours, CMA CGM s'était fixé pour objectif de poursuivre l’exécution de son "Plan de liquidité" d’un montant de 2,1 md USD. Ce projet, ouvert en novembre 2019, avait pour but de réduire sa dette de plus de 1,3 md USD au premier semestre.
La compagnie avait d'ailleurs signé un accord avec China Merchants pour la cession d’un portefeuille de dix terminaux portuaires au chinois Terminal Link. Le montant fixé s'élevait à 968 M USD